Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 17:50

Tirant tête hors du trou, qu'entends-je ? Darcos, qui se fâche tout rougeaud, s'en prend une nouvelle fois aux enseignants-chercheurs ainsi qu'aux étudiants : « il n'y aura pas de licence ès grève, de mastère en pétition ou de doctorat en blocage », tonne-t-il à l'envi. Privés de bons points, les enfants ? Alors, tous en récré ! Et Darcos de menacer : « méfiez-vous, l'opinion se retourne ! » Où a-t-il vu ça, lui ? C'est surestimer sacrément la puissance de feu des propagandistes à la solde du ministère, d'autant qu'aucun sondage ne vient corroborer ces dires. Un autre sondage, par contre, indiquait récemment que 74% des Français désapprouve la réforme de l'hôpital. Si l'opinion se retourne, on sait désormais contre qui.


     L'hôpital, donc. La grande braderie médicale s'annonce mal embouchée. « Les médecins ne me font pas peur », lance, bravache, la mère Bachelot. Et de multiplier les contre-vérités concernant la réforme, suivant en cela, à la ligne, la philosophie sarkozienne qui veut qu'un énoncé vaut désormais réalité, même si il contredit les faits. Roselyne : « jamais et à aucun moment les questions financières ne sont prééminentes. » Bin voyons. On te sait, toi et tes copains, parfaitement philanthropes ! Puisque la réforme est belle et bonne, d'où vient qu'elle fasse l'objet d'une procédure d'urgence au parlement, procédure qui réduit de manière drastique les possibilités de débat ? Est-ce le souci de ne pas trop encombrer nos pauvres cerveaux ?


     Tandis que Bachelot prend soin de notre santé mentale, Philippe Val va se charger, lui, de nous rendre meilleurs. Val-taille débarque, comme convenu, à la direction de France Inter. Double ration de Carla Bruni pour les auditeurs, quel bonheur ! Mais le malheur des uns faisant le coup de bol des autres, Val se barre de Charlie Hebdo. Faux départ ? C'est probable, le bonhomme ne nous ayant pas habitué à lâcher la moindre parcelle de pouvoir personnel. On regardera ça de près, ce que deviendra Charlie sans Val. L'autruche, cependant, est peu encline à croire en la résurrection de ce pauvre journal, ni à quelque miracle que ce soit.


     Juppé, lui, y croit, aux miracles. A l'entendre parler de Sarko, « l'essentiel de son électorat le soutient, il n'a pas perdu la confiance de ceux qui l'ont porté au pouvoir. » La jolie fable... On se demande alors pourquoi c'est flanqué de centaines de flics, c'est en bloquant la ville qu'il s'est encore déplacé, il y a peu, à Nancy. On se demande aussi pourquoi, lors de la finale au stade de France, il fut exigé du speaker que ne soit pas cité le nom de notre bien aimé président, en même temps que le réalisateur recevait la consigne de ne pas le montrer en gros plan, sur les écrans géants. Peur d'être sifflé, dites-vous ? Allons allons... C'est plutôt un effet de sa modestie légendaire.


     Pendant ce temps-là, la campagne des européennes bat son plein. Je plaisante, il ne se passe rien. On échange des coups qui volent au niveau du trottoir, on s'empaille gentiment, loin du débat d'idées. Ainsi Dany-le-vert, à propos de Rachida Dati : « si elle est élue, vous croyez qu'elle ira au parlement européen ? Et mon œil, mon œil ! » Du coup, l'Ump exige des excuses (décidemment c'est à la mode), par le biais de son porte-parole Dominique Paillé, qui dénonce ces « invectives personnelles, ou le dénigrement pervers des personnalités. » Dati, elle, dénigre sans gêne : « je comprend qu'un homme du passé cherche à sortir de l'ombre », balance-t-elle à l'adresse de Cohn-Bendit. Lequel, selon elle, « en cinq ans au parlement européen, n'a rendu aucun rapport. » Bref, chaque camp est en train de nous expliquer qu'à Strasbourg, personne fout rien. Voilà qui devrait convaincre les derniers hésitants, et les faire basculer du seul côté qui vaille, celui de l'abstention.


     Kouchner, comme on sait, hésita. Un peu. 24 heures, comme ça, pour la forme, avant de déclarer que bien évidemment il voterait pour l'Ump. Ce qui a fait dire, à son propos, qu'il « fait penser à un concessionnaire qui hésiterait à vous accompagner dans la voiture qu'il vous vend. » C'est Harlem Désir qui parle, et il s'y connait, le garçon, en bagnoles pourries. On a pas oublié, concernant H. Désir, la carriole SOS Racisme, et son cortège d'enfumages mitterrandolâtres grotesques.  Ni qu'il fut un fervent partisan du oui, lors du referendum de 2005. En voilà un chouette garagiste !


     Un autre, qui trifouille dans le cambouis jusqu'aux coudes, c'est l'indécrottable Besson, le ministre des expulsions. Après avoir bien magouillé pour faire perdre à la Cimade le monopole de l'assistance aux étrangers en rétention, à la faveur d'un « appel d'offres » (car nous vivons dans un pays où cette aide spécifique fait partie d'un marché !), Besson a attribué des lots (quelle horreur que cette terminologie !) à d'obscures associations, dont le « Collectif Respect ». Lequel n'est autre qu'un faux nez derrière lequel se planque l'Ump. Laurent Giovannoni, secrétaire général de la Cimade, s'est donc permis de dire que Besson usait, en la matière, de « méthodes de voyou. »Réaction de l'intéressé : « je suis décidé à ne pas accepter ces propos qui relèvent, je le pense, de la diffamation. » Et de s'apprêter à porter plainte. C'est qu'il a le sens de la justice, l'ex socialiste Besson. Du moins, quand il est concerné.


     Fillon, lui, c'est le sens de la formule qui le tenaille. En ballade à Carnac, au milieu des alignements millénaires, le premier sinistre a soupiré « même les menhirs sont fragiles. » Ah. Et donc ? Et donc, rien. C'était juste pour faire une phrase. Mais quand, le lendemain, 74 syndicalistes de Gdf étaient arrêtés lors d'une action dans les locaux d'organisations patronales, Fillon a fermé son claquet. A croire que les gaziers en lutte contre les suppressions de postes l'inspirent moins que la lecture d'Obélix et compagnie.

                                                                                                                                                                               

                                                                                                   Frédo Ladrisse.


La question de l'autruche que tu liras nulle part ailleurs, et même que si tu y réponds tu gagnes une plume, ou presque :

 

Crise au Kenya. Depuis des mois, le président et le premier ministre ne se parlaient plus. Ils viennent de se rencontrer, à trois reprises. Pourquoi ?


-  Pour jouer au poker déshabilleur

-  Afin d'envisager une version locale de la loi Hadopi, interdisant de télécharger les gazelles

-  Parce que les Kényanes, ulcérées de leurs éternelles bisbilles, avaient, depuis une semaine, décrété une grève du sexe.

Partager cet article

Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article

commentaires

bebernanar 08/06/2009 21:13

eh, toi lgrosnul! ça fait quasi un mois que tu dis rien!!!!! rien à dire ou bien y se passe plus rien? t'es aussi feignasse qu'un UMP de base! Povcon, casse toi, tu tiens de la place dans mes favoris, mais si t'es qu'un nul de plus, je te vire! t'es qu'une merde! et si t'es pas content, téléphone à morano, elle te donnera le mode d'emploi pour poursuivre les insultes sur le net,fous moi au tribunal au lieu de te branler dans un coin, bien peinard! pov type d'autruche à la mords-moi-le noeud! feignant!

Quand l'autruche eternue... 10/06/2009 12:39


Eh eh... Joili vocabulaire. Ne plus être lu par toi sera un grand plaisir. Pour le reste, suite à un déménagement, j'attend le bon vouloir de free afin de récupérer une connection.


jérémy 23/05/2009 12:36

jai po compris mai cest cool tes article

Pangloss 20/05/2009 10:01

Hé oui! Mais je pense que la non-violence intelligente (il faut faire marcher sa tête quand même!) est plus efficace que la violence.

Spartacus 18/05/2009 11:49

C'est une belle revue d'actu. Les chiens aboient...
Quand au concours de plumes, c'est la 3ème réponse : la grève du sexe !

Quand l'autruche eternue... 19/05/2009 10:25


Bravo! tu as gagné ! Je m'arrache une plume du croupion et je te l'envoie fissa...


Pangloss 18/05/2009 09:05

Désolé! La carte d'un syndicat n'est pas un permis de casser. Je suis un non-violent irrécupérable!

Quand l'autruche eternue... 19/05/2009 10:28


C'est ton droit cher Pangloss, mais en tant que non-violent tu dois être bien malheureux en ce moment, confrontés  que nous sommes à la violence du patronat et du monde du travail en
général.
Bonne journée
Ladrisse


Présentation

  • : Quand L'autruche eternue
  • Quand L'autruche eternue
  • : "Hommes/femmes politiques, journalistes au petit pied, philosophes du dimanche ou stars à la ramasse: tous sèment des perles de bêtise, sans se douter que, dans l'ombre, l'autruche les note, les commente, s'en gausse, et recrache le tout sur ce blog."
  • Contact



Publication aléatoire,
inscris-toi à la newsletter pour être informé des
 nouvelles publications.

Rechercher

Vieux Trous

'autres qui font des trous

  
 

images-copie-43.jpg

LIEN-ZONA-YAROST.jpg

LIEN-FA-CLAAAAAASH.jpgLIEN-COLLECTIF-CONTRE-CULTURE.jpg

LIEN DIONYVERSITElien-maldoror.jpg

LIEN-EDITIONS-DU-ML.jpg

lien-Publico.jpg

lien-radio-libertaire.jpg

LIEN ML