Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 22:23

 e-macron15102014_371.pngAlors, comment ça fait d’avoir un premier ministre de gauche ? A cette question, les Grecs vont pouvoir répondre, si on leur en laisse le temps. Car, de ce tremblement de terre d’une amplitude proche du zéro, nous relevons surtout la promptitude avec laquelle fut lancée la contre-offensive menée par la troïka. Par conséquent, le printemps grec passera-t-il l’hiver ? Ce n’est pas tout à fait certain.

     Avant même d’avoir pu parer aux urgences très concrètes affectant la population, Aléxis Tsipras fut contraint d’entamer la tournée des popotes européennes, à seule fin de rassurer les marchés financiers, ces grands inquiets du maroquin. Rarement une élection n’aura à ce point démontré l’innocuité du vote, déclaré nul et non avenu par le quarteron milliardaire dictant à la Communauté sa politique monétaire. Le principe est désormais publiquement revendiqué par Jean-Claude Junker lui-même, incendiaire pompier et président de la Commission : « il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens », est-ce clair ? En quelle langue faut-il vous le répéter, bande de… prolétaires ? Qu’on les punisse ! La bourse d’Athènes dévissait à hauteur de 10% dès le lendemain de l’élection, et la banque centrale européenne s’empressait de rapatrier 11 de ses précieux milliards, retirés des banques grecques. Le véritable événement est là, non dans la farce démocratique conduisant un pantin à régner sur du vide. « Attendons quelques mois », écrivait-on dans l’ «autruche » précédent celle-ci: dans les faits, il aura suffit de quelques heures pour que l’ordre des priorités se trouve bouleversé, que le candidat ne se transforme en élu « pragmatique », c’est-à-dire fortement tributaire de la Finance, euphémiquement parlant.

     Cela dit, l’optimiste s’en va nous rappelant qu’on n’annule pas une élection comme on annule, par exemple, le résultat d’un référendum qui a vu le Non l’emporter. Pas faux. Disons que c’est plus difficile. Pendant ce temps, le pessimiste, cet optimiste bien informé, chemine et analyse: ce qui est en train de se produire en Grèce, à quelques encablures de Bruxelles, prouve assez qu’on peut désormais, de façon quasiment débonnaire et avec quelle célérité, renvoyer les vainqueurs à leurs arlequinades, lesquelles se montrent désormais inaptes à masquer leur impuissance crasse.

     En France, un spectacle du même tonneau se joue sur la scène d’une acropole pompeusement nommée Assemblée Nationale. On feint d’y débattre, ces jours-ci, du projet de loi Macron, véritable fourre-tout, façon de grand n’importe quoi au regard duquel le sac à main des demoiselles passerait pour un modèle de rationalité. C’est de notoriété publique : quand on veut égarer quelque dossier sensible, on le jette dans le pêle-mêle de l’étagère à bocson, au milieu des listes de courses et des factures impayées. Quand l’antépénultième assouplissement du temps de travail côtoie la réforme des professions réglementées, quand la représentation syndicale au sein des entreprises se trouve sous la pile où dort le projet de mise aux normes du transport par autocars, on peut alors être certain de noyer sous ce flot le plus attentif des scrutateurs, noyade nécessaire en tant que pré-requis au vote, par ailleurs nocturne, des amendements les plus sensibles. Stratégie à la petite semaine, éventée de longue date, mais dont l’objectif ambitieux est cette fois rien moins que d’inscrire dans la loi de la république le programme du Medef. Comment, dès lors, s’étonner de voir une partie non négligeable de la droite prête à soutenir une loi pourtant présentée par un des principaux ministres du gouvernement réputé socialiste? Notons cependant que ce soutien demeure conditionnel, implique quelques réserves.  Selon Thierry Breton, ministre de l’économie sous l’ère sarkozyste, « ça ne va pas assez loin, mais ça va dans le bon sens ». Son collègue Frédéric Lefèbvre, jusqu’à lors porté disparu, pense lui qu’il s’agit là « d’une demi-réforme, mais… ». Mais quoi ? Il y a peu, le groupe des députés UMP vota contre la loi qui accordait à l’animal le statut d’être sensible. Rien de surprenant à ce qu’il soutienne un projet remettant en cause la sensibilité du salarié, du chômeur, du retraité.

     « Il faut de jeunes Français qui ont envie de devenir milliardaires ». Cette phrase n’est pas d’Alain Madelin, ni d’Alain Minc. C’est du Macron, pur sucre. Lequel Macron, soyons-en sûrs, sera maintenu à Bercy en 2022, après l’élection de Marion Maréchal-Le Pen à la magistrature suprême (je sais, je radote. Et alors?)

     En attendant ce jour honni, il nous faut constater que face aux actuelles velléités du Macron version 2015 (sans relever de l’inédit, admettons qu’elles poussent le curseur des prétentions de caste à des hauteurs rarement atteintes), les pâlichonnes réactions du monde du travail expriment, une fois de plus, moins la volonté de s’opposer à la casse programmée que son impuissance à le faire. Or, cette impuissance est la nôtre. Il est en effet bien commode de se gausser des syndicats (air du temps), en passant sous silence cette évidence : la faiblesse des syndicats, leur manque de combativité, n’est que la conséquence de la démobilisation générale des salariés.

     Et, malgré tout, Charlie est grand.   

                 

                                                                                               Frédo Ladrisse.

Partager cet article

Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article

commentaires

Thierry 04/02/2015 07:26

Honte au Junker, il ne faudrait surtout pas oublier que le modèle Junker 82 fut l'un des bombardiers favoris de la Luftwaffe et incendia bien des villes d'Europe, comme quoi rien n'a changé.

Présentation

  • : Quand L'autruche eternue
  • Quand L'autruche eternue
  • : "Hommes/femmes politiques, journalistes au petit pied, philosophes du dimanche ou stars à la ramasse: tous sèment des perles de bêtise, sans se douter que, dans l'ombre, l'autruche les note, les commente, s'en gausse, et recrache le tout sur ce blog."
  • Contact



Publication aléatoire,
inscris-toi à la newsletter pour être informé des
 nouvelles publications.

Rechercher

Vieux Trous

'autres qui font des trous

  
 

images-copie-43.jpg

LIEN-ZONA-YAROST.jpg

LIEN-FA-CLAAAAAASH.jpgLIEN-COLLECTIF-CONTRE-CULTURE.jpg

LIEN DIONYVERSITElien-maldoror.jpg

LIEN-EDITIONS-DU-ML.jpg

lien-Publico.jpg

lien-radio-libertaire.jpg

LIEN ML