Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 18:46

      max la menace Un terrible massacre. Le premier du genre, en matière de terrorisme. Commis par des djihadistes, en pleine ville, et en plein jour, qui abattent des civils sous l’œil d’une police impuissante, et connaitra sont lot de victimes. C’était entre le 3 et le 7 janvier dernier, à Baga, au Nigeria. Les barbares de Boko Haram ont laissé derrière eux près de 2000 morts, et 20 000 déplacés. L’horreur absolue, donc, mais qui, en pleine « affaire » Charlie, allait passer inaperçue, du fait d’une couverture médiatique à minima. Il parait que cela s’explique également par le fait que les journalistes, à l’approche des soudards, avaient tous pliés bagages. Qui dit absence de journalistes dit absence d’informations autres que les dépêches lapidaires livrées par les agences, absence, aussi, d’images, or sans images désormais, point de reportages choc, rien à mettre en images. Nous noterons au passage que le silence des antennes frappa tout aussi bien l’occident que les pays africains. Cette indignation sélective fut bien sûr l’œuvre des medias, mais appuyés en cela par les autorités locales : au Nigéria même, le président Goodluck Jonathan s’est rapidement fendu  d’un communiqué condamnant les attaques parisiennes, mais, jusqu’au 15 janvier, a gardé un silence incompréhensible par rapport aux événements ayant frappé le nord-est de son propre pays. Il est vrai que Monsieur Bonne Chance est en pleine campagne, visant à sa réélection. Dans cette perspective, mentionner le massacre et lui accorder l’importance qu’il mérite,  aurait été avouer sa propre impuissance face aux rébellions djihadistes, à ses capacités à endiguer le flot Boko Haram lequel, de fait, contrôle déjà cette partie du Nigeria. Cette pratique de l’omerta médiatique est-elle à mettre sur le compte des bienfaits de la colonisation? « l’Homme africain, pas assez rentré dans l’Histoire » ? (Sarkozy, discours de Dakar), semble ici prendre exemple sur Maman-la-France. Parce qu’ici, occulter, passer sous silence, on sait faire. Une soixantaine d’actes antimusulmans, dont plusieurs attaques de mosquées, recensée depuis le massacre Charlie ? Chut, huile, feu, chanson connue, scie musicale. On communique par contre et ceci à outrance sur la réponse sécuritaire, militaire, sociale, politique, les mesures immédiates le disputant, sans les contredire, à celles s’inscrivant sur le long terme. Bien entendu, la foule acquiesce, ravie de voir ses bambins privés de sortie cinoche par des recteurs d’académie vichypirates en diable. Déjà, les entreprises faisant commerce de gilets pare-balles annoncent qu’elles sont, pour le moment, incapables de répondre à la demande. Non contents d’être, de la sorte, habillés pour l’hiver, les policiers municipaux menacent d’une grève imminente si tous ne sont pas armés dans les semaines à venir. Je connais un de ces policiers. Du genre de ceux moqués par Coluche, flic raté alcoolique dont n’ont pas même voulu la poste et la SNCF. Imaginer ce lascar, raciste décomplexé, patrouiller en grappe dans nos rues, voilà de quoi vous faire choper une frousse carabinée.

     A Bondy, riante bourgade de Seine-Saint-Denis, l’édile à la riante moustache j’ai nommé Gilbert Roger, se plaint sur les ondes qu’après avoir signalé deux jeunes individus natifs de la commune aux attitudes « suspectes » (port de la djellaba, de la barbe, visite à la mosquée) et néanmoins œuvrant toujours au sein d’une association d’aide aux devoirs (donc en contact avec les jeunes…), aucune suite ne soit donnée à sa noble requête :« ce n’est pas au maire de s’occuper de ça, c’est aux services de lutte contre le terrorisme ». Mais que fait le GIGN ? En visite dans un lycée technique, le premier sinistre Valls s’est heurté aux questions pertinentes de jeunes (encore eux…), que les mesures Vichypirates mises en place aux abords de leur bahut semblaient, pour le moins enquiquiner. Bon, ça va durer jusqu’à quand ? Valls : « votre génération, malheureusement, doit s’habituer à vivre avec ces mesures, car la menace est là. » Au max, la menace. Dès le 1er février et la première cascade de décrets promis par Cazeneuve, les jeunes et les moins jeunes devront donc s’habituer à la présence massive de l’armée dans l’espace publique (faire sortir les bidasses de la caserne est une chose aisée, les faire y retourner en est une autre, comme on sait), s’habituer, de force ou de gré, aux contrôles au faciès surmultipliés menés de mains de maîtres- chiens et vigiles autoproclamés « forces supplétives » (temps de guerre…), au contrôle généralisé de la population via ses petits bijoux de mouchards embarqués, téléphones portables, gps, wifi, facebook, tweeter en poche, s’habituer également au rétablissement d’une justice d’exception qui n’a pas attendu le 1er février pour faire pleuvoir comme en trombe les jugements iniques, totalement hors de proportion : six mois de prison ferme, en Isère, pour un jeune (décidément…) ayant  rigolé de l’attentat de Charlie (petit con), prenant à partie une patrouille de braves miliciens, ou policiers, selon.  Atteint d’une déficience mentale légère, imbibé d’alcool au moment des faits, ayant reconnu  la bêtise de ses propos et déclarant les regretter, le garçon n’en a pas moins pris ce coup de bambou en pleine face : six mois fermes. Ailleurs, ce sont de pelletées d’heures de travaux d’intérêt général (TIG) dont écopent des élèves ayant boudé la minute de silence… Ils avaient toussé ?

     Face à cette déferlante qui ne dit pas son mais n’est que la première vague de la nuit noire s’étendant sur la vieille Europe, Cazeneuve se lève et rassure : l’arsenal nouveau sera bien sûr placé sous l’autorité de la justice, son usage contrôlé par elle. Une aberration, « en temps de guerre », pour Kosciusko-Morizet (future ministre de la justice après que la coalition Ump-Front National ait vu la présidentielle victoire de Marion Maréchal-Le Pen), NKM pour qui il convient de passer les bornes, et vite: les flics font leurs sales boulots, « sonorisent » votre appart’, placent une balise sous votre voiture, et le juge se prononce, a postériori, sur le bien fondé de l’opération. A condition bien entendu que quelqu’un songe encore à lui demander son avis, devenu, de fait, facultatif. Pas d’autres solutions, dit la dame, pour éviter la multitude des attentats qui guettent notre chère démocratie. Minority Report pour Maximale Menace…

«  Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux ».

C’est pas du Bakounine, c’est Benjamin Franklin.

Malgré cet avertissement maintes fois répété, l’assaut n’a pas tardé, qui s’attaque aux murailles déjà bien abîmées des libertés fondamentales. Profitant de l’effroi offrant une parfaite diversion, une autre opération se prépare, s’apprête à nous prendre à revers. Nous songeons à la loi Macron, à ce qu’elle porte en elle de finalités programmées. La violence de l’attaque a laissé sans voix, comme pantois, jusqu’aux gangsters du Medef, lesquels ont donc décidé de « laisser le gouvernement conduire la manœuvre. » Recourant, la encore, au lexique guerrier, Gattaz est pour une fois dans le vrai. C’est bien de guerre qu’il s’agit, de cette fameuse classe war un peu rapidement enterrée au nom d’une prétendue unité nationale. Il serait de bon ton et de toute actualité de placer cette guerre-ci sous le boisseau, au nom de la patrie en danger ? Qu’on ne compte pas sur nous. Sur cette guerre, nous reviendrons.

Nous reviendrons pareillement sur ce qui est censé se passer en Grèce en ce dimanche de janvier, la victoire annoncé de Syriza et de son mentor, une façon de Mélenchon qui aurait réussi son coup. A voir. Attendons quelques mois, en gardant en mémoire ce passage de l’ouvrage récent signé Comité Invisible, « A nos amis » (la fabrique éditions, 2014) : « Les élections n’ont rien de particulièrement démocratique. Elles le sont en ce qu’elles permettent d’assurer, non certes une participation des gens au gouvernement, mais une certaine adhésionà celui-ci, par l’illusion qu’elles procurent de l’avoir un peu choisi ».

Et c’est ainsi que Charlie est grand.


                                                                                                    Fredo Ladrisse.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Quand L'autruche eternue
  • Quand L'autruche eternue
  • : "Hommes/femmes politiques, journalistes au petit pied, philosophes du dimanche ou stars à la ramasse: tous sèment des perles de bêtise, sans se douter que, dans l'ombre, l'autruche les note, les commente, s'en gausse, et recrache le tout sur ce blog."
  • Contact



Publication aléatoire,
inscris-toi à la newsletter pour être informé des
 nouvelles publications.

Rechercher

Vieux Trous

'autres qui font des trous

  
 

images-copie-43.jpg

LIEN-ZONA-YAROST.jpg

LIEN-FA-CLAAAAAASH.jpgLIEN-COLLECTIF-CONTRE-CULTURE.jpg

LIEN DIONYVERSITElien-maldoror.jpg

LIEN-EDITIONS-DU-ML.jpg

lien-Publico.jpg

lien-radio-libertaire.jpg

LIEN ML