Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 13:25

Tirant tête hors du trou, qu’entends-je ? Fillon et Sarkozy barrés pour les vacances, c’est MAM qui est aux manettes. La première dame antiterroriste de France fait la circulation au carrefour national. Normal, selon Luc Chatel, porte-parole du gouvernement, « c’est une période où on a besoin du ministre de l’intérieur sur le terrain pour rassurer les Français. » Inquiétant… Fillon lui-même, ne semble pas très rassuré : « s’il le fallait, je serais à Paris dans un délai de quatre heures. » Mais le bonhomme ne s’oublie pas : « j’espère qu’il ne se produira rien qui m’oblige à rentrer plus tôt. » On te le souhaite garçon, c’est joli l’Egypte, n’est-ce-pas ?


      Sarko et Madame, comme on sait, ont choisi le Brésil. C’est pas la crise pour tout le monde. Au passage il a refourgué pas moins de 6 milliards d’armes au président Lula, « une moisson sans précédent », selon le petit Nicolas, qui a placé des hélicos, et même quelques sous-marins. Si Lula cherche un porte-avions on peut toujours lui refiler l’antédiluvien Clémenceau : l’Angleterre, où il devait être démantelé, n’en veut plus. « Il y a un problème d’espèces étrangères sur la coque », a indiqué le capitaine Jerry Drewitt. Non, il ne s’agit pas de clandestins afghans tentant de rejoindre Londres, mais de simples mollusques. Que fait MAM ?


     Cette affaire de mollusques, Benoît XVI en fera peut-être une métaphore, de celles dont il a le secret dès lors qu’il s’agit de s’en prendre aux homos. « Si les forêts tropicales méritent notre protection, l’homme ne la mérite pas moins. » Souverain poncif... si ce n’est que, dans le même discours, l’homosexualité est clairement pointée du doigt. La comparer à la déforestation, fallait l’oser. Lui, il ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît.


      Faut dire qu’ils sont colère, en ce moment au Vatican : TF1 a déprogrammé la traditionnelle retransmission de la messe de minuit, au profit d’un bêtisier. « Un signe de superficialité », a tranché le papal porte-parole. Comme si la messe, de minuit ou pas, n’en était pas un autre… Dénonçant également « un manque d’attention à la sensibilité d’une large partie du pays », le porte-parole en question semble avoir oublié la très grande sensibilité d’une part (d’audience) encore plus large à ces bêtisiers qui, eux, osent dire leur nom. Bref, entre Bigard et Benoît, c’est plus tellement le grand amour. Et le second risque d’oublier d’inviter le premier à sa cérémonie des vœux.


      Ces cérémonies, cette année (ah mais c’est que l’autruche s’y entend, en matière d’enchaînement !), se feront au pain sec. N’exagérons rien : à la brioche plutôt, et encore, pas partout. En raison de la crise et histoire de faire croire que lui et ses potes donnent l’exemple (fait quel temps à Sao Paulo ?), Sarko a demandé à ses ministres de faire maigre. Tous ne l’ont pas suivi, loin de là. Dans les villes, les départements, pareil. Son copain Devedjian, président du conseil général des Hauts-de-Seine, a maintenu les cérémonies à l’identique, « pour lutter contre la sinistrose. » Il a de drôles de solutions, le ministre de la relance… A Neuilly aussi, on maintien. Déprime-t-on là-bas aussi ? A Puteaux on doit sacrément sinistrer, puisqu’on dépense sans compter : 1 million d’euros rien que pour les illuminations, plus 900 000 pour « Puteaux en neige ». Cependant, la mairie communique : la neige ne sera pas cette année importée des Alpes, les habitants devront se contenter de neige artificielle. Dur.


      Un autre qui, vu son train de vie, doit être salement dépressif, c’est bien entendu Julien Dray. L’homme de l’ombre, malgré lui placé en pleine lumière, se révèle de jour en jour. Juju aime les belles choses. « Les montres, c’est ma vie », a-t-il lâché en un soupir. Et les jolies montres, ça coûte cher. On ne sait pas si il sera ou non invité à la cérémonie des vœux du Parti socialiste, mais on sait qu’en faire, des vœux, ça ne lui servirait à rien. Ils ne se réalisent jamais.


                                                                                                  Frédo Ladrisse.


Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 13:35


Tirant tête hors du trou, qu’entends-je ? Ici-même, la semaine dernière, on se permettait de signaler au ministre Darcos qu’il n’était pas certain qu’il ne reculât point face au mouvement lycéen. C’est fait. Une fois de plus, il a l’air fin. Mais puisqu’il parait que le ridicule ne tue plus, le monsieur s’autorise malgré tout des pérorages de paon. « Ce mouvement lycéen a pris un tournant très violent, pour des enjeux qui sont quand même modestes », assène l’hautain. Fatalement, il menace : « nous veillerons au mois de janvier à ce que les blocages ne se reproduisent pas. » Ça sent la flicaille à plein nez, d’autant que pour Darcos, la cause est entendue, tout ça c’est rien que la faute à cette satanée extrême gauche. D’ici à ce qu’on trouve une caténaire dans le cartable d’un gosse, y’a qu’un pas.


     L’extrême gauche, en cette fin d’année, admettons qu’elle a le dos large. « Julien Coupat pourrait être libre, pourtant, il ne l’est pas. » C’est son avocate qui parle, après que le Parquet, ulcéré d’entendre le juge des libertés se prononcer en faveur de la libération de son client, ait choisi la voie du référé-détention. Procédure exceptionnelle, rarement appliquée, mais qui permettra de maintenir en tôle Coupat et sa compagne. Joyeux Noël, monsieur Parquet !


      Un qui ne risque pas de jeûner le 24 décembre au soir, c’est le ministre dit « de la relance économique », l’inénarrable Devedjian. Assis sur quelques centaines de milliards, il n’a rien foutu depuis un mois. Il attend quoi pour se bouger ? « Je suis le plombier qui doit déboucher les tuyaux et le mécano qui doit resserrer les écrous », a déclaré l'intéressé. C’est sûr que si il passe son temps à bricoler dans son garage, on est pas prêt de voir la couleur d’un billet qui, de toute façon, ne nous est pas destiné. Joyeux Noël, banquiers ! Mais le problème, comme d’habitude, tiendrait en certaines lourdeurs de certaines administrations. Le problème, explique Devedjian, « c’est quand les mammouths d’un troupeau se mettent à suivre des chemins différents. » Etes-vous sûr, Président, de bien lui avoir expliqué son nouveau taf au Devedjian ?


      Trève de galéjades, l’heure est grave, l’autruche en péril. Copé, Jean-François, Ump, prépare un bêtisier de l’assemblée nationale. Concurrence déloyale ! Comment voulez-vous que je lutte, alors que lui, les bouffons, il les fréquente tous les jours ! Pas d’inquiétude cependant, vous connaissez Copé : drôle comme un képi, jovial comme une moule, ce qu’il prépare c’est une attaque contre le Ps. C’est d’un fun… Il entend par son bêtisier « dénoncer la violence inouïe, anormale, injustifiée » dont l’opposition ferait preuve. « Le parlement doit être un lieu de débat, pas un ring de catch. » Ah ah ah, quel humour !... Vivement le bêtisier, qu’on se marre.


      Dans la famille j’ai-laissé-mon-humour-en-bas-dans-la-bagnole, la Bruni elle aussi fait fort. La voilà qui se met à râler parce que pas contente de sa marionnette aux guignols. Elle lui reproche, en outre, de trop ressembler à Ségolène. « Ils auraient pu faire une marionnette pour moi », se lamente la dame. Décidément, marier Sarko laisse bien des loisirs. Joyeux Noël, pleureuse !


      A Rama Yade on ne souhaitera rien, enterrée vivante qu’elle est par ses petits copains, dont le dernier en date, Estrosi, maire de Nice, n’y va pas avec le dos de la pelle : « Rama Yade existe parce que Nicolas Sarkozy l’a fabriquée. » Précisant sa pensée de fossoyeur hilare, le bonhomme ajouta, en référence au refus de Yade d’être candidate aux européennes, « on fait un placement, on le fait fructifier, et au moment où on veut en tirer les bénéfices, voilà… » Paraîtrait que la Yade a très moyennement apprécié d’être comparée à un placement bancaire, qui plus est vermoulu. Peu importe, c’est une battante ! Si elle n’a pas envie de l’Europe, elle a par contre « très envie de repartir au combat électoral. » Comme à Colombes, Hauts-de-Seine, en mars ? Parachutée là-bas telle la potiche de base, elle réussit à perdre une mairie réputée imperdable. A ce propos : Sarko-le-candidat n’avait-il pas promis que ses ministres, si ils étaient battus au suffrage universel, seraient tenus de démissionner? On se souvient que Juppé avait appliqué cette règle, depuis… bin depuis Darcos, battu à Périgueux, Yade, battue à Colombes, sont encore là. Liste non exhaustive. Règle passée aux oubliettes.


      Un qui en rêve, des oubliettes, histoire qu’on le lâche un peu, c’est Julien Dray. Ce justiciable, bien connu des services de la rue de Solférino, est soupçonné d’avoir détourné la bagatelle de 351 027 euros, piqués dans les caisses de la Fidl, syndicat lycéen, et de SOS Racisme. « On bafoue la présomption d’innocence ! » hurle son avocat. Et de préciser que « Julien Dray est d’une sérénité totale. » Tu m’étonnes. 350 000 euros, ça nous fait du joyeux Noël.

 

                                                                                             Frédo Ladrisse.


Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 10:22

 

 

Tirant tête hors du trou, qu’entends-je ? Rama Yade, qui couine et renâcle, son ministre de tutelle, le docteur Mabuse-Kouchner ayant laissé entendre qu’elle ne servait à rien. « Qu’elle s’occupe du droit des enfants et de celui des femmes victimes de violence, c’est très bien », a-t-il précisé. Ce qui en clair signifie les droits de l’homme, j’en fais mon affaire. L’intéressée n’a pas encore, comme durant les municipales, joué de son pipeau préféré du genre « on ne m’aime pas, parce que je suis Noire », mais quelque chose me dit que ça ne saurait tarder. Elle aura cependant plus de mal à dérouler sa mélodie, pour cause d’obamania, et surtout parce que nul n’ignore que si elle est virée ce sera pure punition. En effet, cette écervelée a refusé de se présenter aux élections européennes, malgré l’insistance de Sarko. Mais qu’est-ce qui lui a pris ? On ne refuse rien au nabot, et Rama Yade a beau réaffirmer partout sa « complète fidélité au président de la République », m’est avis qu’elle est cuite.

     Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, Michelle Alliot-Marie, ministre de l’intérieur, recule (sans le dire) sur le dossier du fichier Edvige. Comme quoi la mobilisation, ça paie. Reste que les fichiers de police sont toujours au nombre de 45 (11 de plus en deux ans !). « Je veux que les Français se sentent protégés, et non pas soupçonnés » a expliqué la mère MAM.¨Pour le coup, c’est raté. Exemple parmi d’autres, bien que la baudruche ultra-gauchiste se dégonfle à vue d’œil, plusieurs membres du groupe de Tarnac dorment toujours en tôle, et sont toujours soupçonnés d’entreprise terroriste. S’adressant à une journaliste, le cow-boy Copé s’est empressé de répéter le catéchisme ultra-droitiste en la matière : « je serai vous, je me garderai bien de prendre tout  ça à la légère. Vandaliser un caténaire (*), C’EST du terrorisme. » Au même titre que briser la vitrine d’une banque, incendier une voiture, parler pas poli à un flic ?  
 

     Tous terroristes, alors, les milliers de jeunes Grecs. A Athènes fleurissent les banderoles sur lesquelles on peut lire « le sang coule et appelle vengeance », ou « un à terre, des milliers dans la rue. » Autant de messages à caractère « terroriste », au point qu’on se demande ce qu’attend l’Otan pour bombarder la capitale. N’empêche : parait qu’à l’Elysée on s’inquiète d’une éventuelle contagion, du risque jugé plausible de voir les jeunes lycéens français suivre l’exemple de leurs copains grecs. Le genre de choses qui peuvent arriver, surtout quand on a un ministre aussi nul que Darcos. « Je ne suis pas ministre de l’hésitation nationale », a tonné le comique. Façon de dire qu’il ne reculera pas, ce qui fait un peu fanfaron. Alors que les établissements sont bloqués par dizaines, que des manifestations, radicales, ont lieu pratiquement chaque jour (notamment en Bretagne), Darcos ne voit là qu’une « petite concentration de mécontentements », des mouvements de protestations « presque habituels. » Tout est dans le « presque », ou presque… Le ministre et sa réforme seront-ils sauvés par le gong des vacances scolaires? Rien n’est moins sûr. Darcos devrait ne pas oublier que le gouvernement avait par exemple, comme ça, joué l’usure vacancière au début du mouvement contre le Cpe. Il s’agissait alors des vacances de février, qui, pour des raisons de découpage, s’étalaient sur un mois (ce qui n’est pas le cas à Noël). Le calcul s’avéra mauvais. En mars, tout le monde s’était retrouvé pour faire la fête à Villepin.

Tandis que le sarkozystan joue l’avenir d’une génération sur un coup de poker menteur, à gauche, s’achève la saison des congrès. Après celui de les Verts dont il n’y a, je crois, rien à dire (et encore moins à retenir), c’est le Parti Communiste qui tenait le sien, ce week end. Mélenchon passe, comme ça, en voisin, et, faisant référence au mouvement du Non au moment du referendum, trouve « que ça commence à sentir bon 2005. » Trois ans de retard, le Jean-Luc, offrez-lui un calendrier. Assez admiratif de la « discipline » observée par les 800 délégués, le chef du nouveau et groupusculaire Parti de Gauche rempli son calepin de notes : « on regarde comment ils font. » Bref, La Méluche apprend son métier de meneur de troupes clairsemées. Sur le tas, et sur le tard.

     Cependant le vrai gag politique cette semaine nous est venu de gens qui, d’ordinaire, font pas tellement rigoler, j’ai nommé Lutte ouvrière. Vous ne pouvez pas ignorer (ça a été le hit, repris partout) qu’Arlette a refilé son tablier à une nouvelle, une jeunesse, Nathalie Arthaud qu’elle s’appelle. Vous avez vu sa tête ? Sinon, y faut : c’est Arlette avec trente ans de moins. Un ami facétieux s’est mis, en la voyant, à douter à voix haute : sont-ils raëliens, à LO ? Ont-ils cloné leur Arlette ? « Les journalistes s’intéressent plus à la longueur de mes cheveux qu’à nos idées », déplore la benjamine. Et en plus, ça l’étonne. C’est charmant la jeunesse.

 

                                                                                                 Frédo Ladrisse  

 

(*) Qu’il nous soit permis de rappeler à Jean-François Copé ainsi qu’à tous les membres de ce gouvernement qu’on dit UNE caténaire, non pas un caténaire. Ça, c’est du terrorisme d’orthographe !    

Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 11:37

 

Tirant tête hors du trou, qu’entends-je ? La Martine, désormais installée rue de Solferino, annonce le programme: « dès la semaine prochaine, le Parti Socialiste est de retour dans les rues. » Drôle d’idée, vu le temps. Va falloir vous couvrir les gars, la rue, z’avez pas l’habitude. Franchement, qu’est-ce que vous allez y foutre? Jouer les pères Noël de magasin ? Autant vous prévenir, y’a de la concurrence. Car le père Noël, cette ordure, est joué par Sarko ces temps-ci. Dans la hotte cette semaine : Devedjian, nommé ministre de heu… attendez je relis… de « la relance économique. » C’est quoi ce boudin ? On en sait pas grand’chose, si ce n’est qu’il est démontré que Sarko est soucieux de maintenir le pouvoir d’achat de ses potes. N’empêche, bel aboutissement pour Devedjian qui, en 95 et sous la houlette de Madelin, commettait un programme économique aux relents prononcés d’ultralibéralisme, et joliment titré « quand les autruches relèveront la tête. » Tirant tête hors du trou, je risque de tomber bec à bec face à lui, merci bien, je retourne m’enterrer la tête.

 

     Quoi, de quoi, on critique ? Ah non, ça désormais c’est plus permis. Bockel, transfuge socialo glandant depuis 2007 dans un palais de la République sous prétexte d’ouverture à gauche, l’a très clairement laissé entendre : « critiquer le gouvernement alors qu’il y a une crise mondiale ne serait pas très sérieux. » Fermez le ban, l’arrière ban et vos grandes gueules, camarades, voici revenue l’ère du béni oui oui. Bin c’est la crise, qu’on vous dit, et mondiale encore !

     Ceci dit, c’est pas faux, ça commence à puer grave pour le capitalisme de base. L’Islande est au bord de l’implosion, ruinée, et l’Irlande, nous apprend-t-on, risque fort d’être le prochain sur la liste des faillites nationales : « Le marché de l’immobilier irlandais est extrêmement cher, et le niveau des dettes ici crève le plafond », explique Sean McCarthy, conseiller financier. « Les gens sont en train de se rendre compte que les maisons ça ne se mange pas. » Et de conclure en un soupir: « la bulle va éclater. Que Dieu vienne en aide à l’Irlande. » Vite, un cierge.

     La crise, néanmoins, a du bon. Elle permet, dans certains domaines, de réaliser de substantielles économies. Ainsi le Fonds Mondial contre le Sida a-t-il décidé d’opérer des coupes sombres, de l’ordre de 25 %, dans les budgets alloués à la lutte contre la maladie dans les pays du Sud (bien évidemment les malades du Nord n’auront eux à souffrir d’aucune restriction budgétaire). Selon Act Up, lesdites restrictions seraient en France à peu près de 60 %... La crise, hein. Sur le site de l’association on apprend pourtant que « les sommes nécessaires pour tenir les promesses d’aide au développement des pays pauvres représentent moins de 1 % des 1500 milliards mobilisés par les pays riches pour « sauver » leurs banques cet automne. » Moins de 1%. C’est encore trop. Tout est dit.

 

     D’autres, que la crise arrange, ce sont bien sûr les ratichons. En période d’incertitude, les affaires reprennent, et les gourous de toute obédience retournent à l’offensive. Cependant Mgr Vingt-Trois, archevêque de Paris, a d’autres préoccupations. Il était urgent, selon lui, de rappeler que les femmes n’avaient toujours pas leur place dans l’Eglise, ou juste pour passer la serpillière dans les allées : « le plus difficile, c’est d’avoir des femmes formées. Le tout n’est pas d’avoir une jupe, c’est d’avoir quelque chose dans la tête. » Il est vrai qu’en matière de jupe, Monseigneur s’y entend. Quant à ce qu’il a dans la tête, on s’en doute largement. Un autre de ces eunuques qui semblent avoir quelque difficulté avec la gente féminine, c’est le golio, là, vous savez, celui qui sourit bêtement, mais si, le chauve en robe de chambre… Le dalaï lama. « La pression sexuelle, le désir sexuel, conduisent à davantage de complications », a déclaré Sa Sainteté tout en s’enduisant les aisselles de beurre de yak sacré. « Les couples ont toujours des problèmes. Dans certains cas il y a des suicides, des meurtres. » Et parfois même, du plaisir, du bonheur, quelle horreur…

 

     Histoire de changer un peu, voilà un homme sympathique bien que socialiste: Christian Teyssèdre, maire de Rodez. Opposé au service minimum dans les écoles, il a dressé une liste de « personnalités » réquisitionnables en cas de grève, au premier rang desquelles se trouvent l’inspecteur d’académie, et… le préfet de l’Aveyron. « Il ne peut pas refuser de m’aider à mettre en place une chose qu’il me demande de faire. Je pousse la logique jusqu’au bout », a expliqué le comique. Lors de la prochaine grève des profs, monsieur le préfet se devra donc d’aller jouer les assistantes maternelles. On a de l’humour, à Rodez.

 

     Sinon, dites, vous avez des nouvelles de Chirac, vous? Moi j’en ai eu, bin il m’inquiète. Parait qu’il s’ennuie, se morfond. Qu’il soupire et languit. Fait rien qu’à promener son clébard, ou alors se rend en Corrèze pour de bien tristes week-ends. « On le croise parfois chez le coiffeur de l’assemblée nationale », indique le journaliste. La vieillesse est un naufrage. « Il devait publier ses mémoires. Il n’en a pas encore écrit une ligne. » Surtout, qu’il ne se presse pas.


                                                                                      Frédo Ladrisse. 

                                                                                                                                                                                                           


Sur l'Islande :  <http://www.mondialisation.ca/index.php?context=viewArticle&code=MAR20081204&articleId=11285>


Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 12:10

Tirant tête hors du trou, qu’entends-je ? A la radio un pâle expert dont je me suis empressé d’oublier le nom, s’agaçait au sujet de la suppression de la pub sur les téloches et radios publiques. « Moins de publicité c’est moins de consommation », expliquait le larron. « C’est comme ça », précisait-il, ce qui nous fait un bel argument. Mais admettons. Et alors ? Alors, « moins de consommation c’est pas bon pour la croissance. Avec la crise, c’est pas le moment. » Donc, on a plus une thune, mais faut qu’on continue à la claquer dans des conneries. Le sauvetage de la croisssance-avec-les-dents est à ce prix.

 

     Ailleurs, sur une autre planète, certains se demandent, eux, comment sauver le soldat Ségo. Ce n’est pas le souci de tous, pas celui de Montebourg en tout cas, soutien d’Aubry : « de la vieille chenille va sortir un nouveau papillon », a tenté l’exalté. Et sur l’étron nouveau viendront butiner de nouvelles mouches ? Ségo, elle, se dit sereine. Pourtant, à regarder la vidéo qu’elle balança sur le net le soir même de cette nouvelle défaite, la sereinissime Royal cachait mal son amertume : « nous avons réussi à convaincre la moitié des militants socialistes, la moitié, que dis-je… sans doute un peu plus. » Dans le registre mauvais perdant, avouez qu’elle se pose là. Le hic, selon elle,  c’est que « nous n’avons pas obtenu un nouveau vote», et là aussi « c’est comme ça. » Mais « vous me connaissez, je ne reste jamais les bras ballants. » Ni la bouche bée, c’est bien dommage. Sur un autre media on a pu lire ceci, toujours de la dame en blanc : « j’ai un contact particulier avec le peuple. Cela fait ma force. » Ambiance Ségolène-la-Pucelle du Poitou… Décidemment, la pauvre est complètement dans le cirage.

 

     Puisqu’on parle de cirage, allons donc faire un tour du côté de lèche-talonnettes, j’ai nommé le brave docteur Kouchner. Entre les attentats en Inde, la Chine qui nous boude et le reste de l’Europe qui nous tire la gueule, le ministre est légèrement débordé de la langue, et n’a peut-être pas eu le temps de suivre le sacre d’Aubry. Cependant, comme d’habitude et à propos de tout, il donne son avis : « c’est dur d’être de gauche, surtout quand on est pas de droite. » Elle serait bien bonne, si ce n’est que Kouchner parle de lui. Pas de droite, Kouchner ? Celle-là, oui, elle est bonne ! Un survol rapide de ses dernières prises de position suffit à prouver le contraire. Pour ma part, ma préférée reste cette sortie, à propos des accords Europe-Afrique sur l’immigration, accords largement répressifs et inspirés par Hortefeux (oups, pléonasme !). Pour Kouchner il s’agit d’ « un début pour plus d’harmonie dans le monde. » Rien que ça. 

 

     L’harmonie, justement : règne-t-elle au gouvernement ? Oui mon colon, ça marche au pas, et au tout premier rang défile Xavier Bertrand, qui ne nous lâche plus avec sa litanie graisseuse : « si vous voulez gagner davantage, comment vous faites si vous travaillez pas davantage ? » Comment qu’on fait ? Attend on va te montrer, dis-nous juste où se trouve la caisse. Tout cela serait assez risible, si ça ne signifiait pas une volonté de bloquer les salaires, et durablement. Les petits salaires, hein, pas les émoluments patronaux divers et variés. C’est comme ça. Mais ça pourrait être autrement.

 

     Pour finir sur un peu de gaîté, parlons de la fin du monde. Le torche-cul nommé Pèlerin magazine réalisa la semaine dernière un sondage dont l’unique question était « croyez-vous en l’apocalypse ? » Eh bien, figurez-vous qu’un Français sur cinq y croirait…     Ça parait beaucoup, non ? Ah bah mon brave monsieur, c’est comme ça, qu’on vous dit, que voulez-vous, c’est la crise...

 

                                                                                                  Frédo Ladrisse

Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 15:20


Tirant tête hors du trou qu’entends-je ? L’inqualifiable Luc Besson qui, il y a quelques temps, venait pleurer sa mère dans les jupes médiatiques, faire part d’une intense déception. Tout en mettant sur pied, du côté de Saint-Denis, sa « cité du cinéma » (vaste usine à navets qui bénéficie des largesses sonnantes et trébuchantes du Conseil Général), il avait entrepris le tournage de son prochain film, à Montfermeil, dans le 93, toujours.

Las ! Quelques gosses, payés à la roupie et même pas de sansonnets pour des sous-emplois de vigiles, voire, au mieux, de figurants, se sont un peu agacés à la vue de tout le pognon claqué par ailleurs sur le tournage. Ils ont donc cramés une poignée de bagnoles. Lesquels véhicules, précision d’importance, étaient destinés aux cascades, c’est-à-dire à la casse. « Il s’agit d’une bande de gamins, commandités par les meneurs d’une guérilla urbaine », éructa l’artiste et néanmoins patron. Petit maître de la violence gratuite, prince des taxis qu’on casse pour rien, la vue d’une carcasse en feu aura suffit à Besson, Luc, à dénoncer une « guérilla », des « meneurs », ensuite plier bagages, sans autre forme de procès. Les « gamins » voulaient juste qu’on les paie à hauteur de ce qu’ils étaient en droit d’attendre. Ce qu’ils peuvent être ingrats, dans le 93…


     L’autre guérilla de la semaine enflamme, comme on sait, le Ps. Tous les coups sont permis, les sœurs ennemies se répandent en invectives hallucinées qu’il serait inutile de reproduire ici. Arrêtons-nous cependant sur les déclarations de miss Filipetti, ségoléniste par impulsion. « Le vieux Ps a tout fait pour empêcher la victoire de Ségolène Royal », lâche la pasionaria. Ce qui s’appelle respecter le vote des militants. Ce vote, dont on sait que les prétendus démocrates ne le respectent que quand ça les arrange, a, une fois de plus, prouvé ses misérables limites. 42 voix d’écart, puis 31, puis 12… Mais plutôt que de dénoncer un mode de scrutin qui, à l’évidence, ne fonctionne pas, la Filipetti préfère, elle, dénoncer les résultats de Martine Aubry, dans le Nord : « un score de maréchal. » Nous y revoilà ? « Nous avons des doutes », ajoute-t-elle. Manuel Valls, autre lieutenant de la Royal, cogne sans prendre de gants : « il y a eu tricherie. » Ambiance, entre camarades… Peillon, autre ségoléniste, propose alors un recomptage, voix par voix : « on veut passer l’aspirateur, tout nettoyer. » On ne saurait trop lui conseiller l’efficace Kärcher.


     Tandis que ces bouffons s’amusent à recompter leurs petits bouts de papier, squattant les Une de la presse et de l’espace médiatique, d’autres, privatisent la Poste. Repoussent la date de départ à la retraite à 70 ans. Ouvrent la boîte de Pandore du travail le dimanche, et préparent, à terme, la privatisation du système universitaire. Ainsi, pour la première fois, l’Europe va produire cet année un palmarès officiel de ses universités. « Ce classement va mettre les universités en concurrence, même si ce n’est pas l’objectif principal », a avoué Pécresse, ministre de l’enseignement supérieur. Qu’elle s’autorise à le dire prouve assez que le pouvoir n’a plus à craindre, dans ce domaine, de résistance conséquente. Mieux encore, elle en remet une couche : « il y aura donc les meilleures [universités] et les moins bonnes. » Reste à savoir vers lesquelles se dirigeront les enfants des classes supérieures, et dans lesquelles s’entasseront les étudiants issus des classes défavorisées, des banlieues,… On en a une vague idée…


     Sinon, en pérégrinant sur le net je suis tombé sur le blog de Philippe Corcuff, sociologue, qui écrit je crois dans Charlie-H (je dis je crois, parce que je ne lis plus cette engeance Phillipe-Vallesque), et membre de l’inénarrable NPA. Son titre ?

« Quand l’hippopotame s’emmêle» … Pour tenir compagnie à une autruche qui éternue, c’est assez sympathique. Manque encore « quand la hyène baille », « quand le chacal se gratte » et « quand l’éléphant chie » pour que nous puissions ouvrir un nouveau livre de la jungle. Et le Luc Besson, comme animal, il fait quoi ?

                                                                                                      Frédo Ladrisse


Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 19:45

 

 

Tirant tête hors du trou, qu’entends-je ? En premier lieu Lagarde, dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle ne se rend pas, et surtout pas à l’évidence. « C’est une très bonne nouvelle ! », sest enthousiasmée la ministre, en découvrant que la croissance serait cette année en France de… 0,14 %.  Soit quasiment zéro, un résultat nul obtenu, aux dires des économistes, grâce à l’accroissement du chômage et de la pauvreté. De quoi se réjouir en effet. Mais pour Lagarde cela signifie que « la France n’est pas techniquement en récession. » On en est techniquement ravi.


      Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, pareillement ravis furent les caciques de l’Ump devant le spectacle désolant donné par le congrès du Ps. Ainsi, Frédéric Lefèbvre, porte-flingue sarkozyste : « l’ombre à Reims, la lumière à Washington… » Le côté obscur de la Force contre le Soleil sarkozyste? Cependant, Jean Lefèbvre ne nous dit pas où se trouvait, ce week-end, Obi-Wan Kenobi,  puisqu’à Washington même, où se tenait pourtant le G20 spécial crise mondiale, à Washington, donc, il ne s’est, comme à Reims, strictement rien passé. Ah si ! Sarko a insisté pour que son pote Zapatero y occupe un strapontin. « Tu peux désormais tout me demander », a remercié Zapat’. Le genre de choses à ne pas dire à un type comme Sarko…


     Reims, revenons-y un moment. Un congrès sans sacre, c’est bien triste. Néanmoins sotties et saillies y furent si nombreuses qu’il y aurait matière à en tartiner quelques pages. On se contentera de souligner l’aspect christique de la Royal, dont on ignore, pour l’heure, si elle sera ou non crucifiée lors du vote de ses pairs, jeudi. Extraits du royal discours : « il va falloir nous guérir nous-mêmes. » Houlà. Sont-ils à ce point maraboutés, les socialistes ? « Il va falloir nous soigner de toutes ces offenses, et il va falloir un jour, nous les pardonner. » Pardonnez nos offenses… Pas de doutes, la Ségo est en pleine rechute mystico burlesque. Mais tous n’ont pas perdu la tête, ainsi, lorsqu’elle lança de la tribune « nous finiront bien par nous aimer un tout petit peu », certains, dans la salle, lui ont répondu « nooooon ! » L’inénarrable Cohn-Bendit commenta alors sur les ondes «  y‘a de l’acrimonie, mais c’est vrai que c’est une belle femme. » Sic ! Quel rapport ? Mystère. « Ce que je comprend, c’est qu’on la comprend pas », ajouta Dany. Bin ça vous fait un point commun.


     Un qu’on ne comprend que trop bien, c’est Vanneste, député Ump, récemment blanchi de ses propos homophobes par la cour de cassation. Il est donc démontré que, du point de vue de la justice, affirmer publiquement que l’homosexualité est « inférieure à l’hétérosexualité », qu’elle est « dangereuse pour l’humanité » n’est pas diffamatoire, ne « dépasse pas les limites de la liberté d’expression. » Comme si le problème était là… Le problème, à mon sens, est plutôt que ce jugement permet à l’odieux personnage de saluer « la victoire du courage et du bon sens. » Ceux qui trouvent « courageux » de cracher sur les gays reconnaîtront en lui leur hérault. En attendant,  on est impatient de savoir ce que Vanneste pense des Noirs, des Arabes, des Juifs, de l’avortement, des femmes, des piétons…


     Tiens en parlant de piéton, comment qu’elle va, la Berlu? Honte de l’Italie depuis sa dernière sortie sur Obama, « beau et bronzé », le président du conseil a tenu, cette semaine, à nous informer qu’il avait « la vigueur d’un jeune homme de vingt ans. » Une légère inquiétude relative à sa « vigueur » travaillerait-elle Berlusconi ? Tu sais ce qu’on dit, Silvio : plus on en parle, moins on le fait.

 

                                                                                            Frédo Ladrisse.   

 

 

 

  

Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 17:38

 

 

Tirant tête hors du trou, qu’entends-je ? Ségolène pouffant de plaisir et gloussant de satisfaction, puisque cette fois arrivée prem’s aux élections (internes). Commentaire de son ex, le toujours secrétaire général : « Il faut prendre en compte les résultats tels qu’ils sont. » Modère ton enthousiasme, François ! Dans le camp Royal, c’est la fête. Ainsi Vincent Peillon, cache-misère de la Ségo, s’exalte : « on va continuer sans paranoïa et sans prêter attention à quelques-uns qui peuvent être dépités et bougons. » Et de conclure : « pour donner de la force à ce congrès, il faut éviter les querelles de personnes. » Les dépités et autres bougons apprécieront.

 

Cependant le prix de l’humour rose revient sans conteste à Jospin, lequel ne s’est carrément pas déplacé pour voter. Le pâle Rétais s’en explique : « mon absence en section au moment du vote jeudi n’était pas volontaire, mais inévitable. » De la belle langue de bois, de la bien travaillée, à l’ancienne. Non mais aussi faut dire que le Lionel, à cette date, il avait un colloque en Estonie, houlà, en présence du président de ladite Estonie, re-houlà,  le genre de truc qui se loupe pas. L’histoire ne dit pas si la quasi-moitié des militants PS s’étant abstenus eux aussi étaient pareillement invités à Tallinn. L’histoire dit juste que, pour voter, il fallait être à jour de ses cotisations, donc, souvent, dégainer le chéquier. Ceci expliquerait-il cela ?

Se gausser du PS, diront certains, c’est bien facile à l’heure actuelle. Certes. Eh bien, gaussons-nous à présent de la boutique NPA, celle qui vient d’ouvrir, à la gauche de la gauche de la gauche. Besancenot : « nous continuerons de suivre notre bonne étoile »  Comme les rois mages, en Galilée ? Avec un tel programme, sûr que ça va ratisser large. Pourtant, avant même qu’ils aient trouvé le chemin menant à la Sainte Crèche, les  rois mages s’empaillent sur la question du nom à donner au parti. « Les militants sont partagés », susurre l’affable Olivier. L’unité, c’est comme le bonheur. C’est toujours pour demain.

 

Un petit coup de bec à droite ? Allons-y. Dans la catégorie l’homophobe du mois, la palme revient sans conteste à Gérard Longuet, lequel, le 3 juillet dernier, dans l’indifférence générale, déclarait qu’il était pour le moins curieux de vouloir lutter contre la pédophilie tout en condamnant  dans le même temps l’homophobie… « Où commence l’homophobie ? », s’interrogeait le sénateur. Et de lâcher : « au bout d’un moment, il faut savoir sur quelles valeurs on s’arrête. » Enfin, avec un sale sourire en coin comme seuls savent en produire les crapules de son espèce : « j’ai mes convictions… » Avoir été un membre actif du mouvement Occident, ça laisse des traces, n’est-ce pas. Traces de crasse que le concerné appelle ses « convictions. »

 

D’autres, qui en ont des « convictions », ce sont certains habitants de Montreuil (93), voisins du campement Rrom, pauvre terrain boueux où s’alignent les caravanes, camp dit « de réinsertion », où la mairie parque les familles. « Quand on est rentré de vacances, ils étaient là », soupire une rombière. « On ne nous a pas demandé notre avis. » Inutile de te le demander, on le connaît, mémère... Ses voisins, Raymonde et Fernand, en Bidochon de base se plaignent de ce que la mairie « ne répond pas à nos courriers. » Fourbir ainsi, en bon Français, des listes de noms et forfaits, et ne même pas voir la milice débarquer ça vous découragerait plus d’un brave pétainiste. « On ne sait pas s’ils vont rester ou non, personne ne nous informe », déplore, pour finir,  la Raymonde. C’était pareil, dans les faubourgs de Birkenau.

           Les principaux intéressés, les Rroms parqués de Montreuil, sont, selon l’article, « peu loquaces ». Pour cause : « la mairie nous a interdit de parler aux journalistes. »  Au fait, la mairie de Montreuil, elle est pas tenue depuis mars par une certaine Voynet, Dominique ? Le changement, qu’elle disait… Et l’écho de répondre : dans la continuité.

 

Frédo Ladrisse.

Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 12:58

Tirant tête hors du trou, qu’entends-je ?  « Je sais que ma grand-mère est présente », dit l’homme. Puis il ajoute : « j’ai une dette incommensurable envers mes frères et sœurs. » Enfin, et comme histoire de pas faire de jaloux : « je remercie mon épouse, qui est mon meilleur ami. » Hum... Qui parle ainsi ? Non ce n’est pas Fernandel, mais un autre comique troupier, Barack Obama oui m’sieurs dames, NMM,  Nouveau Maître du Monde. Et de lancer en un souffle « ensemble, nous allons changer ce pays, et changer le monde ! » Hum hum… Tout comme son  prédécesseur, et le prédécesseur de son prédécesseur, il ne saurait venir à l’esprit du nouveau président des Younaïtid Staitss que le monde, au final, lui a rien demandé, que le mieux serait peut-être d’essayer de rien changer du tout. Sans excessive acrimonie : a-t-on encore le droit d’en avoir rien à battre, de l’élection américaine ? Il se trouve que, par pur hasard,  j’ai le portrait de René Coty sous les yeux. Un grand homme que le René. Il avait, comme Barack O., de grandes oreilles et un petit museau.

 

                 Le monde, le changer ? Un sujet sur lequel tout un chacun donne son avis, même Martine Aubry, c’est dire. Mais le monde, à ce jour, c’est la crise, qu’on vous a dit. Comment qu’on s’y est mis dans le caca ? Pour Martine, mystère. En revanche, pour ce qui est de comment qu’on s’en sortira, la Martine a la solution : « le chômage, il faut l’attaquer par tous les bouts. » Waow. Surtout, il conviendrait de « relancer la croissance par le pouvoir d’achat. » Voilà une idée qu’elle est bonne. Esprit de Coty, es-tu là ? Si tu es là, frappe (Martine) deux fois.

 

                Pendant que les pachydermiques amis de la Martine entament la danse dite du congrès de Reims, d’autres, d’entre leurs coreligionnaires, pleurent sur le vide abyssal de leurs portefeuilles locaux. En Seine-saint-Denis, c’est à chaudes larmes :  rien moins que 98 % des emprunts contractés par le département entreraient dans la catégorie « toxiques », comprenez : liés aux fonds de pension ricains et autres produits exotiques en totale capilotade. Nouvelle dette incommensurable ? « Les banquiers ne nous ont pas tout dit », brame Bramy, ancien président PCF du conseil général. On nous crashe tout, on nous dit rien ? Une chose est certaine, voilà le damné 9-3 endetté jusqu’aux coudes. Celà étant dit, soyons juste :  René Coty lui-même  n’aurait pu prévoir cette crise ni, à fortiori, ce qu’elle provoqua jusqu’en province, au hasard, tiens : Laval. Pour palindromique  qu’elle soit, la ville est mal barrée. « La commune était déjà dans une situation financière extrêmement précaire », geint Garot Guillaume, maire, « c’est un nouveau coup sur la tête. »  Pis ça s’essouffle et pis ça râle : « on s’est pris la crise de plein fouet. On est debout sur les freins. » Chauffard…

 

              Un qui conduit toujours plus vite et nous conduit droit dans le mur, c’est le gros Bertrand, le ci-devant ministre du travail. Pour unique défense de la énième réforme des retraites visant à nous faire bosser plus pour gagner moins que rien, ce clone triste et sarkozysté osa ceci, d’à moitié drôle: « Laissons les Français choisir, laissons-les travailler. » Ok.  Et si je veux rien foutre, j’ai le choix ?

 

Y me fatiguent, tiens, je vais me coucher. Et c’est pas pour me lever tôt.

 

   Frédo Ladrisse. 

Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article

Présentation

  • : Quand L'autruche eternue
  • Quand L'autruche eternue
  • : "Hommes/femmes politiques, journalistes au petit pied, philosophes du dimanche ou stars à la ramasse: tous sèment des perles de bêtise, sans se douter que, dans l'ombre, l'autruche les note, les commente, s'en gausse, et recrache le tout sur ce blog."
  • Contact



Publication aléatoire,
inscris-toi à la newsletter pour être informé des
 nouvelles publications.

Rechercher

Vieux Trous

'autres qui font des trous

  
 

images-copie-43.jpg

LIEN-ZONA-YAROST.jpg

LIEN-FA-CLAAAAAASH.jpgLIEN-COLLECTIF-CONTRE-CULTURE.jpg

LIEN DIONYVERSITElien-maldoror.jpg

LIEN-EDITIONS-DU-ML.jpg

lien-Publico.jpg

lien-radio-libertaire.jpg

LIEN ML