Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 20:37



Tirant tête hors du trou, qu’entends-je ? Le Maître du Château en son show, livrant sa vision du logement, de sa politique idoine : « quand on a une maison, hein, on a des enfants. » N’est-t-elle pas assez réductrice, la présidentielle sentence ? A croire que non, comme le foutriquet s’obstine, qui cite à en choper des crampes de langue l’exemple de la Prusse impériale, à propos de tout et de rien, « r‘gardez, hein, r’gardez, ça marche en Allemagne, et pourquoi que ça marcherait pô chez nous ? » C’est ce qu’on nomme une vision, une philosophie : un programme. Plus tard, le même qui confiait il y a peu vouloir « disparaître » si il n’était pas réélu, « vous n’entendrez plus parler de moi »,… l’homme fortement talonneté qui avouait se voir assez bien « commencer la semaine le mardi et la finir le jeudi », n’en entendait pas moins, avant de disparaître, schlaguer ce peuple ingrat et lui faire définitivement passer le goût des 35 heures. Ce n’est pas nouveau, chez les rentiers, cette passion pour le travail des autres. Subsiste néanmoins un souci, érigé au milieu du gué telle une barricade lourdement ferraillée : en France, comme en Allemagne, le peuple a perdu, de long temps, l’envie de s’échiner : « il y a, sur ce sujet, un problème d’acceptation sociale », susurre entre ses crocs notre dominical chacal. Curieux, comme des phrases ne voulant rien dire peuvent parfois résonner comme autant de menaces.


      BourdieuPremière pause, au milieu du foin : cette parole d’auditrice, lors d’une émission consacrée à Pierre Bourdieu : « on dit souvent qu’il parle pour ceux qui n’ont pas de voix, pour les dominés, mais c’est faux. Bourdieu parle pour ceux qui n’ont pas d’oreilles, il parle aux dominants, il leur dit : on sait ce que vous faites, on vous voit. »


      Effectivement, on les voit. Et nous ne perdons pas une miette de leurs agissements prédateurs, de leurs doigts jamais repus raclant le fond de nos poches dans l’espoir d’y gratter l’éventuelle ultime piécette de 10 centimes d’euro. Ainsi, nous regardons EDF, leur création, leur monstre, accumuler les gains et cependant promettre une hausse de 30 %, rien de moins !, de ses tarifs, d’ici à 2016. Les raisons avancées? La hausse du coût du nucléaire, faute à l’Autorité de Sureté qui eut l’audace, la chienne, de demander quelques travaux aux alentours des centrales. Quoi d’autre ? « La perte du triple A d’EDF », explique, sans rire, la direction. Une perte qui obligerait cet ancien service public, devenu entreprise privée, à emprunter à des taux plus importants, « ce qui ne manquera pas d’impacter le consommateur. » Comme en termes choisis, n’est-ce pas, ces saloperies sont dites. Dans le même temps, on apprend que 800 milliards d’euros émanant de contribuables français se planqueraient, insidieusement, dans quelques paradis fiscaux. Un chiffre à rapprocher de celui de la dette publique, 150 milliards. De l’argent il y en a, on vous dit ! Mieux : on sait où le trouver. Ne reste plus qu’à aller le chercher, qu’est-ce qu’on attend, qu’est-ce qui nous manque ? Rien, si ce n’est le courage.


     AFP_080403annie-ernaux_n.jpgSeconde pause hors purin, puisque nous parlons de courage : le souvenir d’Annie Ernaux qui, questionnée en 2002 par Télérama sur le mode « pour vous, être de gauche, qu’est-ce que ça veut dire aujourd’hui ? », eut cette réponse, claire et tranchante comme la lame de sa pensée : « être de gauche, aujourd’hui, c’est surtout, SURTOUT, ne pas voter PS. » Dix ans plus tard, parions que sa réponse serait inchangée.


      Dix ans après son père c’est au tour de Marine Le Pen de frayer avec le second tour. Qu’elle fraye ne saurait nous effrayer, c’est aux poings, c’est au sang et au corps-à-corps dans la rue que s’il le faut nous la combattrons. Qu’on se contente, pour l’heure, de relever l’étrange silence qui suivit ses déclarations concernant le planning familial, « centre d’incitation à l’avortement » selon elle, et sa proposition de dérembourser l’iVG, puisque « l’avortement est quelque chose que l’on peut éviter, après tout. » Après, quoi ? Rien. Nada. Nulle réaction digne de ce nom du côté des partis dits de gouvernement, trop occupés à s’empailler sur le taux d’intérêt majoré des surcotes CAC40tées ou pas, et autres survoltants sujets de la plus essentielle importance. Fi ! Le Pen peut aller jusqu’à promettre, si elle était élue, d’abroger la loi Veil, pas un de ces amphitryons n’a cru bon de réagir. Vous dites ? Société de mâles abêtis? C’est encore trop gentil, les filles.


      images-copie-48.jpgTroisième pause, et respiration : on demandait l’autre fois à Josiane Balasko si, dans l’actualité récente, quelque chose l’avait fait rire. « Oui, Jeanne d’Arc », a-t-elle répondu. Et d’expliquer le comique qu’il y avait pour elle à voir les uns, les autres, se précipiter au chevet de la pucelle d’Orléans, pucelle dont ils n’avaient, foncièrement et très logiquement, rien à tamponner il y a cinq années en arrière. Désormais ça se bouscule au portillon de ses chausses, tous semblent prêts à les baiser malgré la putrescence fascistoïde qu’exhalent les chaussettes de la donzelle. Seulement voilà « Jeanne d’Arc appartient à tous les Français », a balancé, sans se marrer, Harlem Désir, du PS. De gauche comme de droite, le nationalisme est à tous !


      Droit à l’avortement, crimes policiers, même combat, dans la mesure où ni l’un l’autre ne semblent devoir constituer des sujets de campagne. Pourtant à Grasse, à Clermont-Ferrand et ailleurs, les flics continuent de tuer, en toute impunité. Ainsi le jeune Hakim eut la malchance de mourir d’une, je cite, « asphyxie mécanique consécutive à une compression thoracique. » Qu’en termes choisis, etc… Autrement dit le flic est « simplement » resté assis sur lui, de longues minutes et en public, alors qu’Hakim était à terre, menotté par l’arrière. Peine de mort appliquée, en somme, par anticipation. Dans une agence bancaire, Où Hakim s’était rendu pour quémander 20 euros. On lui a refusé le retrait, il a pété un plomb. Aussi est-ce bien naturellement que le procureur a requis, à l’égard des sept (sept !) policiers impliqués, des peines de sursis. Un coup de règle en bois sur les doigts, avant qu’ils ne récupèrent leurs armes, et retournent à leurs sales besognes. Y-a-t-il meilleur encouragement aux tirs sans sommation ? Il y en a un autre : cinq ans que les cowboys de banlieue, que les baqueux de tous poils se savent autorisés au pire. Mais voilà que ça branle dans le manche du Sarkozystan-pour-mille-ans. Si Hollande passe, finie, la chasse aux sans pap’ et aux Roms, se disent les Sarkoboys sanglés en leur bel uniforme (lequel, faut-il leur dire ? les effémine un tantinet). Du coup les fous se lâchent, et voient des Vanzetti partout. Il paraît donc urgent de leur rappeler que si le PS, par extraordinaire, revenait aux affaires, non seulement il ne condamnerait pas mais, mieux encore, encouragerait les méthodes de ces malades du flingage.


    images-copie-50.jpg Dernière pause, ceci : « si on vous lit, les journalistes seraient tous des crétins et des branleurs », lance, ulcérée, la dame dans la radio. « Oui, je souscris tout à fait », répond Michel Onfray. Il se trouve que la dame dans la radio est, bien entendue, journaliste, alors la voilà qui s’étrangle : « mais c’est pas un peu fasciste, ça ? » Onfray garde son calme : « c’est une bande de crétins. » La preuve par l’exemple, en somme. Quels branleurs, ces journalistes.


                                                                                          Fredo Ladrisse.

Partager cet article

Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article

commentaires

mh, 04/02/2012 10:40

Merci !
Mon premier sourire ce matin grace à vous !

Quand l'autruche eternue... 14/02/2012 12:26



Souhaitons qu'il y en ait d'autres, du soir ou du matin!



Présentation

  • : Quand L'autruche eternue
  • Quand L'autruche eternue
  • : "Hommes/femmes politiques, journalistes au petit pied, philosophes du dimanche ou stars à la ramasse: tous sèment des perles de bêtise, sans se douter que, dans l'ombre, l'autruche les note, les commente, s'en gausse, et recrache le tout sur ce blog."
  • Contact



Publication aléatoire,
inscris-toi à la newsletter pour être informé des
 nouvelles publications.

Rechercher

Vieux Trous

'autres qui font des trous

  
 

images-copie-43.jpg

LIEN-ZONA-YAROST.jpg

LIEN-FA-CLAAAAAASH.jpgLIEN-COLLECTIF-CONTRE-CULTURE.jpg

LIEN DIONYVERSITElien-maldoror.jpg

LIEN-EDITIONS-DU-ML.jpg

lien-Publico.jpg

lien-radio-libertaire.jpg

LIEN ML