Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 16:48

mosquee-profanee pics 390Tirant tête hors du trou, qu’entends-je ? La campagne des Régionales étant maintenant lancée, installée pour un mois aux Unes des journaux, nous parlerons, si vous le voulez bien, d’autre chose, et délaisserons l’anecdotique au profit de l’essentiel. Bagnolet, par exemple, son squat, et ses habitants expulsés au plein cœur de l’hiver par une mairie se montrant sur le coup intraitable, jusqu’à détruire l’immeuble, au bulldozer et le jour même. Cette mairie, c’est à noter, est tenue de longue date par le parti communiste français. Qui verrait en l’affaire comme une façon de contresens prouverait sa méconnaissance de la clique stalino-brejnévo-buffetiste, campant toujours et bien au chaud place du colonel Fabien. Selon Christine Lacour, adjointe au maire de Bagnolet, « les gens ne comprenaient pas que la mairie ne bouge pas. » Eh bien voilà, c’est fait. Reste à savoir qui sont « les gens ». Un agrégat de grabataires ne supportant pas de voir la valeur de leur pavillon amoindrie du seul fait de cette promiscuité ? L’élue, elle, en rajoute : « parfois, des limousines se garaient, ce qui est peu habituel pour un squat. » Traduction : il devait s’agir, pour le moins, de la résidence d’hiver du cartel de Medellin.


     Puisqu’on parle de malfrats, arrêtons-nous un temps sur Parisot, Laurence, présidente du Medef et bien entendu candidate à sa propre succession. Profitant du pince-fesses social se tenant à l’Elysée en ce lundi et pour la galerie, la Parisot en remet une couche sur la question des retraites. « L’espérance de vie approche les 100 ans », assène-t-elle, « comment imaginer trente ou quarante années sans travailler ? » Uno, certains, dont je suis, l’imaginent très bien, et même plus longtemps si elle veut. Secundo, l’espérance de vie est actuellement de 82 ans pour les cadres supérieurs, et de 76 ans pour les ouvriers. Elles ne sont donc pas pour demain, les cohortes de centenaires ayant passé leur vie sur les chantiers, dans les usines. Parisot nous prend pour des caves. Qu’une overdose de petits fours élyséens l’étouffe, elle et ses « partenaires », les Chérèque et autres Thibault !


     « Dans les transports, systématiquement le soir, il faut faire en sorte que les femmes seules aient un accès privilégié dans le premier wagon, et qu’il soit sur-vidéoprotégé. » Qui parle ainsi, Julien Courbet, Patrick Sébastien, Bézu ? Pas loin, mais c’est un autre clown, Bruno Beschizza qu’il s’appelle, et c’est le monsieur sécurité de l’Ump en Île-de-France. Tout en machisme bien primaire et en finesse sécuritaire, Monsieur Propre s’est rendu compte, mais un peu tard, qu’il avait dit une grosse bêtise. « On m’a mal compris », hihi. « J’ai voulu symboliser la vulnérabilité de certaines personnes, qui ont peur. C’était la femme seule. » Les principales intéressées apprécieront, et pour notre part on attend avec une certaine gourmandise les wagons spécial vieux, spécial jeunes enfants, spécial petits blancs en costard gagnés par la paranoïa ambiante.


     Ces derniers trouveront chez Le Pen de quoi alimenter leurs phobies variées et diverses, à moins qu’ils ne goûtent davantage ses métaphores à caractère pénectomique. Ainsi le vieux voit-il dans Fillon un « fidèle castré », tandis que dans la même interview il relève que « tout le monde sait bien que monsieur Sarkozy est le roi de l’impuissance. » On ne sait si monsieur Le Pen, pour sa part, bande encore. Mais en tout cas ça le travaille.


     Georges Frêche, de son côté, est travaillé par une question pour lui tout aussi essentielle : « je me demande si je ne suis pas un petit peu juif. » Etonnante interrogation, dont la raison demeure obscure, à moins qu’elle ne soit  l’occasion d’en remettre une couche dans le domaine de la provoc’. Mais ce n’est jamais qu’un exemple parmi tellement d’autres de la place, préoccupante, que semble devoir prendre, au cœur de cette république qu’on nous vend comme laïque, la question des religions. En fait, on n’en sort plus. Voyez le foin fait autour de la candidate Npa, Ilham Moussaïd, qui porte le foulard — et non le voile, comme d’aucuns l’ont écrit partout. A gauche comme à droite, ça pousse des cris d’orfraie, ça dénonce, ça éructe. Tant et si bien qu’on est tenté, une fois n’est pas coutume, d’acquiescer aux propos d’Olivier Besancenot, lequel se demandait l’autre jour « si l’abbé Pierre revenait et se présentait aux élections avec sa soutane, la classe politique hurlerait-elle ? » Certes non, heu, mais la soutane, n’est-ce pas, fait partie de l’identité nationale, non pas ?… Bref, dans le contexte actuel — comme disent les pisse-copie —, ce foulard-là fait office de véritable provocation. Au point que Ni putes Ni Soumises, sous-marin du Ps et gardien de la bien-pensance en matière, non d’intégration mais d’assimilation — je renvoie à cette distinction, dont ils ignorent à peu près tout, ceux qui, sur ce blog même, m’insultent régulièrement et m’accusent d’islamophilie : à vos dictionnaires, les enfants ! —, que ni Putes ni Soumises, donc, s’apprête à porter plainte contre le Npa. « Le Npa a fait du voile, symbole de l’oppression des femmes, l’étendard de son projet de société », déclare Sihem Habchi, la capitaine du sous-marin. Vite, une loi anti-Npa ! D’ailleurs, n’a-t-on pas aperçu le mollah Omar (en limousine) venir prendre le thé chez Krivine ?


      En vérité la position de Ni putes ni Soumises en serait à crever de rire, si elle n’apportait de l’eau au moulin des enturbannés radicaux, lesquels ont beau jeu, après ça, de dénoncer une islamophobie rampante. D’autant que dans la classe politique, nul ne semble à l’abri des amalgames et — pour rester poli —, des erreurs d’appréciation : Noël Mamère lui-même, député de Les Verts, a fini par fâcher sa propre suppléante, laquelle en a plein le dos qu’il la présente partout comme musulmane. « Militante féministe, laïque et socialiste, je n’accepte pas que mon député titulaire me présente comme une élue musulmane », s’énerve Naïma Charaï. Faut dire que dans le contexte actuel, et avec un nom pareil, hein…


     Dans le contexte actuel, on ne s’étonnera pas non plus de voir se multiplier les attaques contre les mosquées, et les profanations de cimetières musulmans. A Castres, à Saint-Etienne, à Saint-Priest on tague, on casse, on met le feu. Autant d’actes mollement condamnés par un pouvoir qui n’ignore pas avoir, ces derniers mois, soufflé sur les braises d’une xénophobie avec laquelle il est toujours aventureux de jouer. Les médias, pareillement, rapportent les faits, sans s’en scandaliser plus que de mesure. « Ça leur passera », semblent penser nos journaleux. Qui ont oublié, au passage, que le pire est toujours certain.


     Pour les étrangers qui, quelle curieuse idée !, seraient tentés de rejoindre la France histoire de pas crever de misère, le pire est pour demain. L’incorrigible — et, pour l’instant, incorrigé — Eric Besson va proposer une loi modifiant le code de séjour et d’entrée desdits étrangers, dans le sens qu’on imagine. Seront ainsi créees des « zones d’attente spéciale », s’étendant selon le ministre sur « l’ensemble du périmètre de découverte des étrangers en situation irrégulière, et permettra de les maintenir sous contrôle de l’administration. »  Ces zones, qui pourront donc s’étendre  sur plusieurs kilomètres, crées selon le Gisti un « régime d’exception ». Rappelons qu’elles se situent, en droit, hors du territoire français, et prive de liberté l’étranger qui s’y trouve. Autres joyeusetés intégrées au même projet de loi, une accélération de la procédure d’expulsion, une limitation des pouvoirs du juge des libertés et, cerise sur le gâteau, la création d’une nouvelle carte de séjour temporaire, délivrée à des conditions draconiennes : posséder un contrat de travail d’une durée d’au moins un an, lié à un salaire égal ou supérieur à 1,5 fois le salaire moyen, et être titulaire « d’un diplôme sanctionnant au moins trois années d’études supérieures », rien que ça ! Mission impossible, quoi. Et c’est bien là le but. Vigilance, donc, les aminches. La loi n’est pas encore votée mais si elle devait l’être un jour se serait de l’ordre de la catastrophe. En attendant ce jour funeste, vous trouverez ci-dessous la musicale contribution de la Z.E.P. (Zone d’Expression Populaire) au fumeux débat sur l’identité dite nationale. L’occasion de se détendre, un brin.

 

                                                                                                                             Frédo Ladrisse


Partager cet article

Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Quand L'autruche eternue
  • Quand L'autruche eternue
  • : "Hommes/femmes politiques, journalistes au petit pied, philosophes du dimanche ou stars à la ramasse: tous sèment des perles de bêtise, sans se douter que, dans l'ombre, l'autruche les note, les commente, s'en gausse, et recrache le tout sur ce blog."
  • Contact



Publication aléatoire,
inscris-toi à la newsletter pour être informé des
 nouvelles publications.

Rechercher

Vieux Trous

'autres qui font des trous

  
 

images-copie-43.jpg

LIEN-ZONA-YAROST.jpg

LIEN-FA-CLAAAAAASH.jpgLIEN-COLLECTIF-CONTRE-CULTURE.jpg

LIEN DIONYVERSITElien-maldoror.jpg

LIEN-EDITIONS-DU-ML.jpg

lien-Publico.jpg

lien-radio-libertaire.jpg

LIEN ML