Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 01:25

 

images-copie-20.jpegTirant tête hors du trou, qu’entends-je ? Concernant les retraites on avance, à reculons bien sûr, mais la séquence du dialogue-avec-les-partenaires-sociaux et autres fariboles est, enfin !, terminée. Elle s’achève sur le coup de bambou que Fillon et ses ouailles avaient préparé de long temps, et mercredi on devrait apprendre dans quelle sauce nous tremperons nos amertumes de futurs vieux pauvres. L’annonce du début de la fin des haricots sera-t-elle publiée sur le site de Paris-Match, comme l’élégant Woerth, ministre du travail, avait choisi de le faire en mai au sujet de l’âge légal du départ à la retraite? A vrai dire, la logique voudrait que ladite annonce paraisse en exclu sur le blog de Parisot, Laurence, tant elle en fut l’inspiratrice — avez-vous remarqué, ces dernières semaines, de quel assourdissant silence nous gratifia la dame? Plus bavard que la Parisot, un ministre sans nom affirmait vendredi dernier que, sur l’âge légal, « ce qui est sûr, c’est que sera entre 62 et 63 ans. » Selon ce même anonyme, Fillon le fielleux en pincerait pour les 63 —étonnant, non ?—, mais l’exigence commanderait de se réserver un peu de marge, d’opter, comme à la dernière minute, pour les 62, histoire de faire accroire au bon peuple qu’on l’a entendu, hein, oh, on n’est pas sourds. Elle est bien bonne, ma chère Yvonne, d’autant que le même ministre, en une façon de lapsus, concluait son propos ainsi : « l’important, c’est le jugement que portent les marchés sur notre gestion. » Tout est dit. Ou quasi. Hausse des cotisations, alignement du public sur le privé en matière de calcul des pensions, allongement des durées de cotisation sont également à l’ordre du jour. Pour contrer cette avalanche de mauvaises nouvelles, Fillon et ses caciques ne manqueront pas de mettre l’accent sur la taxation des ménages dits à revenus élevés, une taxation symbolique et par ailleurs provisoire, qui ne concernera que ceux qui touchent plus de 11 000 euros par mois. Ceux-là, on peut d’hors-et-déjà faire confiance à leur comptable pour dénicher la magouille permettant de ne déclarer que 10 998 euros de revenus. Dura lex ? Sed lex, mon gars ! Ajoutons à cela le projet de prise en compte individuelle de la pénibilité (ce n’est plus le métier exercé mais les visites médicales, au cas par cas, qui désigneront les salariés susceptibles de partir plus tôt), et le package spécial casse du régime général sera, cette fois, complet.


     Cependant, en matière de retraite, gardons-nous d’être par trop caricaturaux : il y a des retraités heureux, voyez Christine Boutin : entre son emploi fictif de chargée de mission refilé par Sarko, ses indemnités de conseillère générale des Yvelines et sa retraite de députée, la Boutin émargeait à 17 500 par mois. Une paille. On a surtout parlé de cette pseudo mission confiée, donc, par l’Elysée, et destinée à évaluer les « conséquences sociales de la mondialisation. » On savait le Sarkozystan très préoccupé par ce genre de problématique marxisante, on ne le savait pas prêt à débourser tant de pognon pour au final, quoi, vingt pages de rapport ? Qu’importe. Prise la main dans le pot de confiture, l’ex ministre du logement s’est défendue comme elle pouvait : « je n’y peux rien, la loi est comme ça », a-t-elle pleurniché à propos du cumul éhonté de ses revenus. Devant la bronca du populo, et lâchée par ses pairs, cette sorte de Josiane Balasko qui aurait viré prolife, renonçait à une part de ses émoluments, et décidait « de mener cette mission de façon gracieuse. »  Ce qui, admettons-le, risque de ne pas être simple avec son physique de bourrin. Puis elle profitait de  l’occase pour balancer les copines: « il y a beaucoup de gens qui sont dans cette situation et qui vont aujourd’hui ou demain être confrontés au même problème. » Des noms, Christine, vite !


     Si c’est pas très mignon de dénoncer ainsi ses anciens camarades, il n’empêche que le cas Boutin n’est pas sans rappeler celui du bon Kouchner, de son rapport payé par Total, et qui chantait les louanges de la gestion pétrolifère à la mode junte birmane. Kouchner, malgré tout, est, depuis, une nouvelle fois redevenu ministre — c’est qu’il sait rebondir, le gars, son surnom : Jokari —, et, comme tout ministre digne de ce nom, il s’agace dès lors qu’on prétend lui faire subir le sort du commun des mortels: il y a quelques jours, à l’aéroport de Montréal, l’équipe de sécurité s’est permise de le fouiller, lui ! On rapporte qu’il est aussitôt entré dans une colère noire, « ce sont des imbéciles ! », s’écria notre diplomate, sans qu’on sache s’il parlait des vigiles de l’aéroport ou, plus généralement, de l’ensemble des Canadiens, ou encore de l’ensemble de l’humanité. Une fois l’incident connu, les services du ministre des affaires étranges s’est empressé de pondre ce communiqué, fort curieux : « Monsieur Kouchner est un homme entier. » Il aura donc fallu le palper pour s’en assurer.


     Qui donc viendra nous palper, nous, blogueurs impénitents et autres netophiles ? Pour l’heure, nous l’ignorons, mais la parano file bon train dans les couloirs du pouvoir, lequel pouvoir entend bien, sous peu et totalement, s’assurer le contrôle de la toile. Une preuve, une de plus ? Jetez donc un coup d’œil à la « proposition de loi tendant à faciliter l’identification des éditeurs de sites en ligne et en particulier des blogueurs (titre réel du texte, sic !) » (1), présenté en mai au sénat, et qui vise rien moins qu’à rendre impossible, sur le net, l’anonymat, fut-il virtuel. C’est la fin, le tocsin, pour l’autruche, Ladrisse et autre Ladrissette, bientôt nous nous verrons contraint de révéler nos identités, j’ai nommé Michel Galabru et Ginette Garcin.


     Michel Galabru, parlons-en ! L’autre soir un ami et néanmoins natif de Rouen m’affirmait que le bonhomme était crevé depuis longtemps. Galabru ? Mort ? Renseignement pris, que nenni ! Michel Galabu never die !


      Autre chose, qui bouge encore, allons jusqu’à dire qu’elle frétille : la langue du pâle Nico, tout à fait désormais tourné vers sa réélection, et qui lèche à tout va, tout ce qui passe, jusqu’aux galons : en visite il y a peu dans une gendarmerie, notre histrion élyséen s’est lancé dans un genre d’éloge, relativement aux nouvelles tenues des adjudants Cruchot. Remarquant particulièrement les brodequins arborés par nos glorieux gendarmes, Sarko eut cette phrase, mémorable : « moi, je vous dis une chose : on ne peut pas courir après les délinquants avec des chaussures basses. » Au sujet du nouveau pantalon treillis : « le pantalon à pli c’est parfait, mais ce que vous avez est plus adapté au métier. » Si tu le dis, bouffon… Puis, nettement moins drôle, il se mit à défendre le tonfa, « même si je sais que vous êtes attachés au bâton télescopique. » Enfin, du très haut de ses talonnettes, Sarkoléon ne put s’empêcher d’essayer un taser, et de regretter, dans le même temps, que « nous n’ayons pas assez d’armes non létales. » Edifiant, dites-vous? Mais c’est vrai qu’ouvrait, ce lundi, Eurosatory, marché mondial des armes, létales ou non, légales ou non, une bien belle foire à l’armement accueillie chaque année en France. Le pantalon à pli, y’a pas de doutes, c’est parfait.


                                                                                              Frédo Ladrisse

 


(1) C'est là :  http://www.senat.fr/leg/ppl09-423.html

           

Partager cet article

Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Quand L'autruche eternue
  • Quand L'autruche eternue
  • : "Hommes/femmes politiques, journalistes au petit pied, philosophes du dimanche ou stars à la ramasse: tous sèment des perles de bêtise, sans se douter que, dans l'ombre, l'autruche les note, les commente, s'en gausse, et recrache le tout sur ce blog."
  • Contact



Publication aléatoire,
inscris-toi à la newsletter pour être informé des
 nouvelles publications.

Rechercher

Vieux Trous

'autres qui font des trous

  
 

images-copie-43.jpg

LIEN-ZONA-YAROST.jpg

LIEN-FA-CLAAAAAASH.jpgLIEN-COLLECTIF-CONTRE-CULTURE.jpg

LIEN DIONYVERSITElien-maldoror.jpg

LIEN-EDITIONS-DU-ML.jpg

lien-Publico.jpg

lien-radio-libertaire.jpg

LIEN ML