Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 22:09

Tirant tête hors du trou, qu’entends-je ? Pas de doute, dans ce pays, la démocratie est en marche. J’en veux pour preuve que Patrick Sébastien lui-même, maître de cérémonie du Petit Bonhomme en Mousse et d’On Fait Tourner les Serviettes, va d’ici peu créer son propre parti politique. Plaisanterie, pensez-vous ? « Coluche avait commencé comme une farce [sic], puis s’est pris au sérieux. Moi, ce n’est pas une farce », prévient l’amuseur public. En terme de programme, le garçon dit tout haut ce qu’il pense avec force gueule, sur nos écrans depuis vingt ans : « mon côté clown, beauf, j’ai pas envie de les renier. Moi, j’ai les qualités et les défauts du peuple. » On relèvera, au passage, en quels termes le futur candidat à la présidentielle du plus grand cabaret du monde, nomme ce qu’il appelle « le peuple » sans, bien entendu, le connaître. Beauf et clown, le peuple ? Autant de propos qui méritent, dès que nous en aurons l’occasion, de botter les fesses du bouffon. Gare, cependant, car d’ici peu nous seront révélées ses visions : « je vais, dans les mois qui viennent, écrire un manifeste idéologique. » Sic de chez sic. N’y-a-t-il personne autour de lui pour signifier à Sébastien qu’un pareil manifeste implique d’avoir des idées, pas seulement une équipe de nègres ? Mais qu’importe, au final, ce que nous pondra ce faisan. Nous sommes rendu si bas, en terme de détestation de tout ce qui peut s’approcher de l’idée de culture, que le petit bonhomme, fusse-t-il ou non en mousse, peut correctement faire office de programme politique. Je serai Frédéric Mitterrand, je tremblerai pour mon poste. Patrick Sébastien ministre de la culture : une certaine logique serait, ici, respectée.

     Quittons le monde des bouffons pour celui des bretteurs de foire, à moins que ce ne soit l’inverse. Vincent Peillon l’aurait mauvaise, qui s’est vu, ce weekend à Dijon, gâté sa fêfête à Neuneu.  Ségolène Royal, pas invitée par son copain, a joué sa fée Carabosse. Elle s’est pointée, la bossue, et, pas avare de mauvais sorts, a promis le pire à ceux censés être encore ses camarades. Aussi a-t-elle menacé : « à tous ceux qui ont lancé une campagne sur ma solitude, qu’ils sachent bien que les seuls qui sont [re-re-sic] experts ès solitude, ce sont les militants et les électeurs. » Fichtre ! Plus loin, elle se lâche et tonne : « je n’ai pas fait vingt-cinq ans de vie politique pour me réfréner ! » Oui, on l’aura compris, la réfrénitude chez Ségo n’est pas à l’ordre du jour. Peillon, pour sa part, complètement dépassé, a lancé tout de go : « si nous avions été deux hommes, je crois qu’on en serait venu aux mains. » Fraternitude, camarade ! Il a ensuite précisé, comme si nous ne nous en doutions pas, que la présence de Ségolène « n’était pas désirée. » Ah, le désir… Pas partagé, visiblement, par la maîtresse-femme qui sommeille en Royal, et qui rétorqua : « c’est un avertissement. Vincent a commis une faute qui ne doit pas se reproduire. » Woua, elle plaisante pas, Cruella ! Plus tard, dans la journée, la Dame Blanche fit le choix de renouer avec ses habituelles tonalités messianiques, coups de fouet et, ensuite, distribution d’hosties, en vérité je vous le dis : « que tout le monde revienne dans le troupeau », lança la bergère socialo, avant de connement préciser « au sens positif du terme. » C’était un peu tard, et, en matière de rattrapage aux branches, totalement raté. D’autant que sainte Ségo  conclu sans faillir «chaque fois que j’estimerai ma présence nécessaire, je viendrai parmi les miens. » Amen. Et qu’il est grand le mystère de la Foi en le parti socialiste, hein. Au point que Pierre Bergé, pourtant mécène notoire de la tendance ségoléniste, a lâché devant le merdier samedi à Dijon : « elle est là, c’est bien, elle n’est pas là c’est pareil. » A un moment j’ai cru qu’il parlait de ma mère. « Je reviens travailler dans mon courant », a répondu Royal. Preuve que ce n’est pas ma mère, mais un genre de saumon pâle, malade, en quête de ses œufs anadromes.
   

     Cessons-là, voulez-vous ? Laissons les guignolos et autres guignolettes se trémousser sous les castelets, et préoccupons-nous des vrais personnes, voulez-vous ? Tiens, Toni Musolin, le héros de toute une nation n’aimant rien tant que les renards. Il vient de se rendre, apprends-je. Dommageable petit coup de mou chez le convoyeur de fonds ayant endormi onze millions ? Peut nous chaut, au demeurant, son sort, mais on lui saura grée d’avoir fourni l’occasion à Brice Hortefeux-de-Bengale, ci-devant ministre des keufs, d’une sortie mémorable : « cette arrestation prouve qu’en France, il n’y a pas de Robin des Bois. » Eh non, mais par contre, que de shérifs… Et d’ajouter, péremptoirement : « la preuve est faite qu’en France, pour gagner plus, la solution n’est pas de voler mais de travailler plus. » On a retrouvé le monsieur Plus des pubs de ma jeunesse ! Il dort désormais place Beauvau… Dans le registre des hommes les plus recherchés du royaume, il ne reste plus que Treiber, lequel court les bois depuis trois mois sans pourtant jouer les Robin. Hortefeux-à-volonté : « pareillement, j’ai la conviction qu’il sera arrêté dans les jours qui viennent. » Oui oui, les convictions, c’est comme l’espoir hein, ça fait vivre.

     Vivre, ou faire comme si : ennemi public number one ou petit shiteux de cité, c’est dans la même tôle qu’ils devront s’y essayer. Des tôles soumises au régime de la « gestion mixte », mi-publique mi-privée, laquelle fête ses vingt-et-un cette année. C’est dire si, de gauche comme de droite, tous les gouvernements ont laissé les Bouygues, Sodexo, Eiffage et autres méga boîtes investir dans le commerce de la geôle. Faut croire que ce bizness est assez lucratif. De nos jours, des entrepreneurs privés qui ont assuré le financement, la construction puis l’exploitation de la prison, touchent en retour, de la part de l’Etat, des loyers qui sont de l’ordre de soixante euros par jour et par détenu. Rentable, non ? Dès lors, point besoin de se demander qui a grand intérêt à bourrer les cellules. Mais comme on peut toujours faire mieux, Bouygues vient de se voir attribuer le marché relatif à trois nouvelle prisons, censées être livrées l’année prochaine, clefs en main si on ose dire. La nouveauté : l’entreprise gérera cette fois tous les « services à la  personne », autrement dit la restauration, le transport des détenus, l’accueil des familles, le travail pénitentiaire,… lequel, comme on sait, est un marché fort lucratif. Une bonne nouvelle, cependant, émerge du sordide galimatias de la privatisation des tôles : certaines, bâties par ces philanthropiques entreprises, se révèlent si mal foutues que même un Patrick Sébastien sous traitement morphinique finirait par s’en évader. A Corbas, dans le Rhône, la jolie prison toute neuve connait quelques dysfonctionnements : des grilles qui, par exemple, s’ouvrent de façon intempestives plusieurs fois par jour… Si, comme le prétend Hortefeux, « il n’y a pas de Robin des Bois en France », il nous reste, fort heureusement, quelques Géo Trouvetou aux neurones grillées. Pourvu que, d’ici peu, ceux-là conçoivent également  les plans des futurs commissariats.

 

                                                                                    Frédo Ladrisse.

Partager cet article

Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article

commentaires

Pangloss 17/11/2009 16:23


- Hé! Moi aussi je me présente! Y a pas de raison!
- Ne sanctifions pas "le peuple".
- Ségo-la neuneu avait sa place à la fête.
- Zacharias (ex-PDG de Vinci) doit s'expliquer sur quelques dizaines de millions qu'il a étouffés. Contrairement à Muselin, il ne fait pas rêver. Comme quoi même si le butin est dix fois plus gros,
on n'est pas dix fois plus sympathique.


Présentation

  • : Quand L'autruche eternue
  • Quand L'autruche eternue
  • : "Hommes/femmes politiques, journalistes au petit pied, philosophes du dimanche ou stars à la ramasse: tous sèment des perles de bêtise, sans se douter que, dans l'ombre, l'autruche les note, les commente, s'en gausse, et recrache le tout sur ce blog."
  • Contact



Publication aléatoire,
inscris-toi à la newsletter pour être informé des
 nouvelles publications.

Rechercher

Vieux Trous

'autres qui font des trous

  
 

images-copie-43.jpg

LIEN-ZONA-YAROST.jpg

LIEN-FA-CLAAAAAASH.jpgLIEN-COLLECTIF-CONTRE-CULTURE.jpg

LIEN DIONYVERSITElien-maldoror.jpg

LIEN-EDITIONS-DU-ML.jpg

lien-Publico.jpg

lien-radio-libertaire.jpg

LIEN ML