Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 22:48

 

romanes-copie-1.jpegTirant tête hors du trou, qu’entends-je ? Ça toussote, du côté de Bruxelles, relativement aux rafles de Roms, et même ça dit pis que pendre. « Ça suffit, c’est une honte ! » s’énerve Viviane Reding, commissaire aux droits des citoyens. Plus tard, elle osa comparer la France d’aujourd’hui à l’Europe de l’hiver 1941, ce dont elle finit par s’excuser, et tout à fait platement, sous les hourras xénophobiques de tout ce que l’Europe compte désormais de néo-nazes, Suédois y compris. Tout ça à cause d’une bêtise, une idiotie de circulaire visant expressément  les Roms et datant du mois d’août, et malencontreusement rendue publique, la circulaire. Au sommet de Bruxelles, il paraît que ça chia un chouille entre Sarko et Barroso, lors d’échanges que d’aucuns qualifièrent de « mâles et viriles. » On ignore qui comptait les points (poings ?), mais selon Sarko himself il n’y eut « aucun éclat de voix, vous savez, ce n’est pas mon genre. » On sait, oui… Pendant ce temps, restés en France, les chiens fous du Sarkoreichland étaient lâchés aux fesses de tout ceux s’apparentant, de près ou de loin, au droit-de-l’hommisme, ennemi déclaré et néologique de surcroît. Frédéric Lefèbvre : « j’ai lu comme vous des extraits de cette circulaire, et j’ai constaté que les Roms n’y sont en aucun cas ciblés. » Sur le même sujet, et avec la même mauvaise foi, le ministre de l’immigration et de l’identité gnagnagna  s’agaçait plus que de raison et balançait aux journalistes : « je ne vais pas passer ma journée à répondre à des questions (sic !), je vous suggère de passer à autre chose parce que sinon je peux vous donner une leçon de catenaccio vraiment impressionnante. »  Woa, ça fout la trouille… Délaissant, pour sa part, la métaphore footballistique, l’emblématique Pierre Lellouche nous en remettait une : « nous ne sommes pas à l’école et je n’ai pas l’intention, au nom de la France (?), d’être traité comme un petit garçon. » Et tandis que, de son côté, Sarko suggérait à Reding d’ «accueillir les Roms dans son pays, au Luxembourg » (la grande classe, vraiment, dans le registre «si tu les aimes tant que ça prend-les chez toi, ah ah »), l’imbitable Alain Minc tenait à préciser qu’ « on peut discuter de ce que l’on veut sur l’affaire des Roms, mais pas avec une commissaire européen luxembourgeoise : dois-je rappeler que les Luxembourgeois ont été incapables de stopper l’avancée des Allemands dans les Ardennes ? » Houla, et honte à nous, on avait oublié cette page mémorable de l’Histoire Mondiale…   Bref, chacun y allait de son coup de boule dans la tronche à Bruxelles, en même temps que de son coup de langue au présidentiel postérieur, l’oscar de la lèche revenant à l’incommensurable député Mariani, lequel expliquait doctement et sans s’énerver le moins du monde qu’ « en Europe, nous avons la liberté de circulation, mais pas la liberté d’installation. » De cette pensée profonde comme une tombe — pour ne pas dire une fosse commune —, naquit subitement la vision de millions de gens, errant sans pause ni repos, circulant circulairement selon les circulaires circonstanciées citées par les cintrés du grand cirque. Sont-ils au moins tristes, ces sires ? Rien n’est moins sûr.

 

     Quoi qu’il en soit faudrait que messires finissent par se décider. Je m’explique : début août Fillon, pour appuyer les rafles, déclarait que « le mode de vie nomade est de moins en adapté à la vie d’une société moderne. » Admettons. Qu’on cesse alors de nous vendre une société basée sur la mobilité, le mouv’ perpétuel, nourri par les nouvelles technologies de la communication, le développement des transports et la philosophie de l’adaptabilité à outrance. Appliquée, dites-vous, aux seuls employés, et au seul bénéfice des patrons et autres actionnaires ? N‘empêche, faudrait savoir : société de la mobilité, ou société figée ? En réalité le nomade n’a jamais cessé de faire peur, car moins facile à contrôler, à cerner que le sédentaire. Pour que la caméra de vidéosurveillance puisse faire de vous un plan bien net, il faut que vous cessiez de bouger. Au final, le nomadisme dénoncé par Fillon se montre, subitement, tout à fait acceptable, dès lors qu’il permet aux maîtres de se bourrer les poches. Toute autre forme de « mobilité », autrement moins rentable, paraît par nature dangereuse.      

 

     Nullement dangereuses et à jamais, les mannes de Zyed et Bouna, petits morts de Clichy-sous-Bois, n’en remuent pas moins la terre sous laquelle elles reposent depuis cinq ans. Si elles s’agitent c’est qu’un non-lieu vient d’être requis à l’égard de leurs assassins, poulaille aux semelles de vent mauvais lancée à la poursuite d’adolescents dont la malchance fut de croiser, ce triste soir, ces sales figures uniformées. Dame Moisson, néanmoins, procureure de Bobigny, estime qu’il « ne résulte pas de charges suffisantes contre les deux policiers. » On connait tous assez les enregistrements radio-police, ô combien funestes, pour se souvenir parfaitement de comment la flicaille laissa griller les deux enfants dans le transformateur. Malgré le barbecue, non-lieu. Permis de tuer, autrement dit. Un permis délivré de la même façon à l’adjudant Monchal, lequel comparaissait devant les assises la semaine dernière, pour avoir tiré à sept reprises, sept !, sur un fuyard, et l’achevant alors même qu’il était menotté, entravé aux chevilles. « Je ne peux pas demander pardon, je ne regrette rien, j’ai fait mon travail », a déclaré Mon Adjudant. N’est-ce pas, ses paroles, de la pure, de la lourde ordure ? Mais son avocat en rajoute : « je vois mal comment la justice va pouvoir condamner un de ses collaborateurs. » Tirer sur les gardés-à-vues revient donc à collaborer avec la justice ? Dont acte. Le jury ne s’y est pas trompé, qui acquitta l’adjudant. Ah, j’allais oublier : la victime était un tzigane. Ceci expliquerait cela ?

 

     Quoi qu’il en soit, malgré leur extrême dangerosité, on a commencé d’installer, et à demeure, des flics armés dans les écoles. Des « référents », ils appellent ça. Qui ne sont « censés intervenir qu’en cas de violence », disent les textes. Nul doute que la présence de ces fins psychologues ne peut que calmer les gamins, notamment ceux pour qui l’école était le dernier havre où ils étaient certains de n’être pas contrôlés, harcelés, insultés par la Nationale Police.

 

     Et tandis qu’on glisse, l’air de rien, vers l’Etat Policier à la mode chilienne, tandis que Brice Hortefeux-de-croisements, ministre de l’Intérieur, se substitue aux instances censées rénover la justice, tandis que ce malade propose, entre autres, que soient élus les juges de liberté des peines (je propose pour ma part que soient également élus les pilotes d’avions et, pourquoi pas, les directeurs de centrales nucléaires), pendant ce temps maudit où tout part vers un genre de grand n’importe quoi général, que fait le parti socialiste ? Il se félicite, en même temps qu’il se tâte. Pour lui, 2012 est le Grand Rendez-Vous, c’est plié, cette fois c’est son tour. Voir. Comme le dit joliment Ségolène Royal, à nouveau en pleine crise de foi, « dans la vie politique il y a des péripéties, mais il y a un chemin. » Même que parfois il est long, long,… Il se tâte, disions-nous, ne sachant encore qui va ouvrir le bal des vampires, qui, d’entre les douze ou treize candidats à la candidature, dégainera le premier ses crocs. M’est avis que d’ici peu ceux-là vont se dévorer grave, que le paravent de l’unité va s’écrouler de lui-même. Unité ? Ah ah ah. Ecoutons Aubry, dans ses œuvres : « je respecte Ségolène Royal pour ce qu’elle a été. » Gentillesse, n’est-ce pas, que ce passé (dé)composé. Sérieusement, est-ce à ces guignols que vous comptez laisser les clefs ? Si tel est le cas, je vous souhaite bien du découragement.

 

                                                                                             Frédo Ladrisse.

Partager cet article

Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Quand L'autruche eternue
  • Quand L'autruche eternue
  • : "Hommes/femmes politiques, journalistes au petit pied, philosophes du dimanche ou stars à la ramasse: tous sèment des perles de bêtise, sans se douter que, dans l'ombre, l'autruche les note, les commente, s'en gausse, et recrache le tout sur ce blog."
  • Contact



Publication aléatoire,
inscris-toi à la newsletter pour être informé des
 nouvelles publications.

Rechercher

Vieux Trous

'autres qui font des trous

  
 

images-copie-43.jpg

LIEN-ZONA-YAROST.jpg

LIEN-FA-CLAAAAAASH.jpgLIEN-COLLECTIF-CONTRE-CULTURE.jpg

LIEN DIONYVERSITElien-maldoror.jpg

LIEN-EDITIONS-DU-ML.jpg

lien-Publico.jpg

lien-radio-libertaire.jpg

LIEN ML