Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 22:04



images1.jpgTirant tête hors du trou, qu’entends-je ? Festival de palinodies et autres carabistouilles lors du lancement du Sarkoshow, autrement appelé The last Minimoi Embrouille’s Tour. Devant la Ferrari, sur le plateau de télé Bouyguasse, la pirouette grammaticale avec plantage de langue final le disputait au lapsus baveux. On entendit ceci, de la bouche du petit : « lors de mon prochain septennat, heu… quinquennat… » On entendit aussi «maintenant je vais essayer de dire la vérité. » Il y eut également ce moment d’abandon, durant lequel maître Bescherelle s’étrangla un chouia et ruina la moquette en rendant son latin : « vous savez, M’dame Ferrari, en 5 ans, des choses, hein,  j’en ai appris. » Et j’en ai vutes, oh ça, que oui ! L’honnêteté, cette semaine, commande cependant de décerner le prix de la balourdise d’or à Hollande, François, candidat du parti socialiste français. C’est que Flanby, traversant la manche au volant de son pédalo à pétrole, s’est répandu dans The Gardian, rassurant, du moins le pensait-il, les sujets britanniques et la sacro-sainte City en déclarant tout de go qu’ «en France, il n’y a pas de communistes. » Et d’en remettre une pesante couche dans le registre ne vous inquiétez pas, n’oubliez pas que c’est Mitterrand qui a livré le pays au marché en privatisant à outrance, sous-entendu : je ferai pareil, et même, si possible, je ferai pire. Un jour viendra où les gaillards régnant sur le monde politique comprendront qu’il ne suffit plus de passer les frontières pour tenir, sans vergogne, un discours contraire à celui entonné de par nos contrées, ah mais ho ! Vous avez dit quoi ? Internet ? Réseaux sociaux ? Presse internationale ? C’est qu’on serait plus peinards nulle part ! Eh non, terminé : plus peinards.


Pas de communistes en France, avouez que c’est assez énorme — selon l’Insee, il en reste trois. Mais c’est peu, à mon sens, rapporté à ce qu’a sorti, cette fois en toute discrétion, le candidat Hollande relativement aux Rroms. Selon lui « le problème doit être réglé au plan européen. » Ah tiens, il y aurait donc, pour le Parti Socialiste, quelque chose comme un  «problème Rrom » ? Pire encore, selon Hollande, concernant cette population « l’origine du mal c’est de ne pas avoir fixé une règle européenne pour la garder là où elle doit vivre, en Roumanie. » Je n’invente rien, juré, crachin. C’est Hollande qui parle du « mal » et de son origine, et décide tout seul comme un gland de l’endroit où ils devraient vivre, mieux : où on devrait «la garder», cette population. Doit-on, une nouvelle fois, répéter qu’il serait peut-être, quoi ?, humain ?, logique ? « socialiste » ?, de commencer par, éventuellement, demander leur avis aux principaux intéressés? Est-il utile de signaler à monsieur le candidat que, ce n’est qu’un exemple, ceux d’entres eux venant de Bulgarie n’ont pas vocation à émigrer en Roumanie, tout comme les enfants nés et scolarisés en France, tout comme leurs parents, tout comme tout ceux qui, simplement, préfèrent rester en France ?

Contentons-nous de renvoyer l’ignare à ses chères études, notamment celles des textes produits par le Conseil de l’Europe, définissant la nation Romani comme une nation sans territoire. Ce qui, dans cette affaire, inquiète davantage que l’ignorance crasse d’un Hollande, c’est que, comme à l’accoutumée dès qu’il s’agit des Rroms, ses propos pour le moins ambigus n’ont été que très peu repris dans les medias. En même temps, on ne doit pas s’attendre à ce que d’incultes journalistes démontent, ou débroussaillent à minima un discours qu’ils ont intégré depuis des palanqués, par facilité, fainéantise ; par idéologie. Nous en sommes donc là, du programme socialiste, concernant le « problème Rrom » : il faudrait continuer de fermer les campements, continuer d’expulser leurs habitants, mais c’est plus nous qu’on expulserait, ce serait l’Europe. Et ça, ça changerait tout.


Sinon quoi ? Assommante et rase campagne, pavoisée de grisaille telle une rue du dimanche, en février, à Lure (70200). Là, frôlant les murs : la Boutin. C’est qu’elle a renoncé, et qu’elle n’en est pas fière. Elle s’achèterait bien des bottes fourrées en peau de lesbos, mais c’est dimanche à Lure, même Bata est fermé, c’est dire. Elle est triste, Christine. Son chemin de Compostelle en quête de signatures pour la présidentielle — on s’en ouvrait, si on peut dire, ici même la semaine dernière —, ça a fait pschiiit et bling, et rien. Lisieux pour pleurer ? Bof. Pour l’heure, elle a choisi Lure, pour lurer. Dans le même temps et sans étonnement la Boutin se rallie à Sarko, ce qui, dans l’état où elle se trouve, on en conviendra, ne mange pas de pain.


Puisqu’on en parle, tiens, le pain : est-il hallal ou non en Ile-de-France, ou bien ? La farine est-elle abattue selon le rite musulman ? « J’eusse préféré qu’on la moudasse », commente le Sarko dans ma tête. Je lui ferme sa grande gueule, n’empêche : apprendre comme ça, à chaud, que depuis des années Justin Bridou sert de couverture à l’Internationale Jihadiste, brrr… On en tremble. De froid. Mais qui vient nous enquiquiner avec ces histoires de bidoche, hallal ou pas ? Le Pen, bien sûr ! Elle qui voit des moutons partout et qui se sentirait bien bouc, la voilà qui, sur les conseils de sa copine Bardot, pointe « la souffrance de l’animal tué selon le rite musulman. » Alors que la rosette de Lyon, elle, sincèrement, vous l’avez entendu grogner ? Franchement, comme disait Sarko ce soir même sur le service public — enfoiré de Pujadas !—, « y’a des gens, on se demande à quoi y réfléchissent. » J’eussions préféré qu’il se taisa, mais bon, il sait pas faire... Donc hallal, pas hallal ? La viande c’est dégueulasse, et le sandwich dit grec c’est de la merde, sauce blanche ou pas, c’est simple les djeuns : de la de-mer.


     Laissons donc là le grec, salade tomate oignons et gerbe, allons faire un tour en Grèce même : « vous croyez que seuls les anarchistes participent aux émeutes ? J’ai vu des gens de 70 ans briser la vitrine d’une banque avec leur parapluie. » Ainsi s’exprime Kristina, en direct d’Athènes. Là-bas, on se bouge et ensemble, sans attendre qu’un miracle, hallal ou pas, tombe du ciel par le biais d’un bulletin de vote, siglé Hollande ou pas. Si tout se passe bien, si le Gross Kapital accentue l’offensive, il y a fort à parier que nous nous inspirerons sous peu de l’autogestion à la grecque, telle qu’elle se pratique par exemple dans le quartier d'Exarhia, et depuis quarante ans. 


     Je vous laisse avec Nikolaos, faites de beaux rêves. Nous en faisons tous.


                                                                                              Frédo ladrisse.



                                       

Partager cet article

Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Quand L'autruche eternue
  • Quand L'autruche eternue
  • : "Hommes/femmes politiques, journalistes au petit pied, philosophes du dimanche ou stars à la ramasse: tous sèment des perles de bêtise, sans se douter que, dans l'ombre, l'autruche les note, les commente, s'en gausse, et recrache le tout sur ce blog."
  • Contact



Publication aléatoire,
inscris-toi à la newsletter pour être informé des
 nouvelles publications.

Rechercher

Vieux Trous

'autres qui font des trous

  
 

images-copie-43.jpg

LIEN-ZONA-YAROST.jpg

LIEN-FA-CLAAAAAASH.jpgLIEN-COLLECTIF-CONTRE-CULTURE.jpg

LIEN DIONYVERSITElien-maldoror.jpg

LIEN-EDITIONS-DU-ML.jpg

lien-Publico.jpg

lien-radio-libertaire.jpg

LIEN ML