Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 23:41

Tirant tête hors du trou, qu’entends-je ? Ça dérape, ça vrille, ça déchausse bref : ça part en couille. Quoi donc ? Mais le débat, Vaugelas ! Sur l’identité, mon Rabelais ! Tel un Golem racialiste, la Bête échappe à son insane créateur, et le ministre Besson se retrouve Grosjean par derrière. Notez : l’est pas le seul. Le petit manipulateur trônant en Présidence est tout autant refait. Mais lui a le pouvoir et donc, comme il nous y a habitué, envoie ses caciques au casse-pipe et planque ses fesses sous le tapis. N’empêche : maintenant qu’est ouverte la boîte de Pandore (ni vu ni connu, je t’endors), il ferait beau voir que ce boulet-là ne frôle pas d’un brin les oreilles du petit Nico las. On a tous entendu, ou vu, le maire de Gussainville (département de la Meuse, 40 habitants à vue de pif), élu du sarkoland et icône beaufisante bien rougeaude, adipeuse à souhait, râler qu’ « on va se faire bouffer », qu’ils seraient «déjà dix millions, et payés à rien foutre. » Les meuglements d’un con ordinairement raciste n’ont aucun intérêt. Plus éprouvantes, selon moi, sont les réactions de ses coreligionnaires en haine et en détestation : Lefèbvre, Frédéric, qui jusqu’à preuve du contraire est encore ici et maintenant porte-parole de l’Ump, estime pour sa part que le bouseux « n’a fait qu’exprimer une inquiétude de la France profonde. » Ouf, Il ne s’agissait que de ça, nous voilà rassurés. L’édile cul-terresque aurait le mérite de dire tout haut ce que la plupart pense tout bas, comme dans le slogan de Le Pen. Intéressant, n’est-il pas ? Mais Besson, qu’en pense-t-il, des délires du bouseux? « Les conversations de comptoir font partie de l’identité nationale », tranche le ministre de l’exclusion et du Beaujolais réunis.  Au commencement, on a pensé que c’était une boutade à la gomme de noix. Rien du tout. C’était du sérieux, du bien dur, de l’assumé. Merde alors, le comptoir comme symbole de l’identité nationale, ça on s’en serait douté, mais les conversations autour du 7e pastis tiède ? Et puis voilà que même Fillon, d’ordinaire plus calme dans le concert des surexcités de la carte d’identité, y va de sa bessonnerie : "on nous a soupçonné d'instrumentaliser la question nationale, comme si cette question n'était pas lancinante, et cela depuis longtemps." Lancinante, ah ah. Et pourquoi pas tarabustante, tant qu’on y est ? Fatiguante, agaçante, sûrement, d’autant que depuis l’histoire des Suisses et de leurs minarets qui donnent même pas l’heure, ladite question n’a pas cessé de s’envenimer salement. J’en veux pour preuve la sottise de l’inénarrable Bertrand, secrétaire général de l’Ump, pour qui « on a pas forcément besoin de minarets en France. » Ça, pour une nouvelle… Lui emboîtant le pas tel un percheron gavé de foin, Dominique Paillé, porte-parole du même Ump, affirme lui que « les minarets ne sont pas indispensables », enfin opère un distinguo relativement aux clochers qui eux, « sont un héritage historique. » Historique, mes fesses : des églises, des clochers, on en construit chaque mois en France, sans qu’ils n’aient rien d’historiques. Bref, cessons-là avec les Suisses, ça commence à bien faire. Nous ne sommes guère mieux lotis de ce côté-ci des Alpilles, et si un tel referendum devait se dérouler en France, le Front National ferait de belles économies en terme de campagne, puisque cette campagne, les sarkozystes s’en chargeraient (1).

 

     Choc des civilisations, clochers contre minarets, épisode second: l’Afghanistan. En début de semaine, on apprenait que le (laissez-moi rire) « prix Nobel de la paix», décidait de jeter dans la guerre 30 000 hommes supplémentaires. Une paille. « Je ne prends pas cette décision à la légère », précisa the Master of World. C’est bien le minimum. « La guerre n’est pas perdue ! », a cru bon d’ajouter notre Rambobama. Bien sûr qu’elle l’est, perdue, et Barack O. le sait, mais chut. Surtout, ne pas désespérer Wall Street, laquelle applaudi à deux mains ce si sympathique président, so cheap et top glamour, qui a plus que doublé, en un an, le nombre de militaires engagés en Afghanistan. Bush Obama, même combat ? Evidemment, vous croyiez quoi ?

 Faut vous dire, les amis, que la realpolitik —autre nom de l’enflurage de masse — a ses raisons que nous, pauvres bougres, ne pouvons qu’ignorer : aussi, et comme en douce, le Sarkozystan de base, américano-idolâtre, s’en va emboîtant le pas du puérile guerrier Obama demandant, de manière très officieuse, qu’on envoie en renfort, dans les montagnes d’Afghanistan, 1500 troufions bleu-blanc-rouge. « La demande est forte », minaude Kouchner —auquel, soi-dit au passage, on ne demandait rien puisque ça ne le regarde pas. De son côté Henri Guaino —le conseiller très spécial de not’président, et au salaire pareillement très spécial : là-dessus, on reviendra —, a estimé que « ça n’a pas de sens de dire d’emblée à tout non, non, non, jamais. » Dites oui oui, toujours, à Ze Younaïtid Staitss, les gars, léchez les éperons des cow-boys, et tant mieux si vous y laissez la viande de votre langue.

 

     Guaino, nous disions donc : Guaino. Henri de son prénom. Le Canard enchaîné a balancé l’autre mercredi le montant des émoluments de ce Mazarin postmoderne. Près de 300 000 euros annuels, pour pondre le discours de Dakar, la place est bonne, n’est-ce-pas? « Je vois dans cette divulgation une espèce de transparence totalitaire, mesquine », a taclé le Guaino. Sacré bonhomme, ah ah, qui jamais n’hésitera à dénoncer ce « fascisme qui vient », dès lors qu’est mis en cause le chiffre en bas, sur sa fiche de paie. Au fait, qui paie Henri ? Bin toi René, comme il se doit. De même que tu rémunères les conseillers même pas spéciaux des ministères, dont le nombre a augmenté de 17 % cette année, et les salaires de 12. De quoi René, tu dis quoi ? C’est pas la crise pour tout le monde ? Soit pas totalitaire dans ta transparence, René, ni mesquin, s’il-te-plaît ! Tiens, prend donc exemple sur Raoult, le doucereux député qui, après avoir réclamé un devoir de réserve de la part des écrivains, tente de se racheter une virginité en prenant la défense de Fadela Amara, cette gourde. Parait qu’elle serait plus proche de la porte de sortie que de l’augmentation, la secrétaire d’Etat à on sait même plus quoi. Raoult, lui, « souhaite que Fadela reste, parce c’est une chic fille. » Tiens tiens. Et Boutin, c’était du boudin ?  

 

     Tandis que ces tristes drilles s’envoient des fleurs, s’offrent mutuellement le café et le pousse-café tout en se foutant de notre gueule, la Terre est convoquée, manu militari, dans le Grand Nord, à Copenhague. Malgré le froid, les baltringues qui nous servent de Gps politiques — entendez : sans boussole aucune — n’hésiterons pas à s’en payer une bonne tranche sur le dos de qui ? Bah de René, encore lui. Rasmussen, premier ministre, a, si on peut dire, ouvert le bal : « la planète place ses espoirs en vous pendant un court temps. » Très court, le temps, oui. Elle dit quoi la planète ? Elle dit rien la vilaine, et surtout pas merci.

 

                                                                                     Frédo Ladrisse.         

 

(1)    Note à l’usage du gars qui ici-même posta, la semaine dernière, un commentaire m’accusant de, je cite « bouffer du curé mais lécher de l’imam » : si tu confonds, mon gars la lutte contre les religions et l’islamophobisme —au point de tomber, pieds et poings liés, dans le piège pourtant grossier tendu par les nazillons suisses —, au final c’est ton problème, et je m’en bats les plumes. Mais pour ce qui est de lécher ça va être plus difficile : si tu la lisais de plus près tu saurais que l’autruche est totalement dépourvue de langue. A bon entendeur : merde.      

Partager cet article

Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article

commentaires

Pangloss 09/12/2009 13:24


Tu n'étais pas visé. Mais bon...
Bonne journée à toi aussi.


Pangloss 09/12/2009 13:20


Un peu d'humour!


Présentation

  • : Quand L'autruche eternue
  • Quand L'autruche eternue
  • : "Hommes/femmes politiques, journalistes au petit pied, philosophes du dimanche ou stars à la ramasse: tous sèment des perles de bêtise, sans se douter que, dans l'ombre, l'autruche les note, les commente, s'en gausse, et recrache le tout sur ce blog."
  • Contact



Publication aléatoire,
inscris-toi à la newsletter pour être informé des
 nouvelles publications.

Rechercher

Vieux Trous

'autres qui font des trous

  
 

images-copie-43.jpg

LIEN-ZONA-YAROST.jpg

LIEN-FA-CLAAAAAASH.jpgLIEN-COLLECTIF-CONTRE-CULTURE.jpg

LIEN DIONYVERSITElien-maldoror.jpg

LIEN-EDITIONS-DU-ML.jpg

lien-Publico.jpg

lien-radio-libertaire.jpg

LIEN ML