Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 20:03

images-copie-40.jpgTirant tête hors du trou, qu’entends-je ? En ce début d’année ça caille, et les cons gèlent. Certains poussent la pantomine, vont jusqu’à passer l’arme à gauche, Séguin bien sûr, et n’oublions pas Yves Rocher qui, à n’en point douter sera panthéonisé. Mais le gros des troupes, si on peut dire, a passé sans trop de souci le cap de la nouvelle année. Cependant, qu’on ne s’y trompe pas : Sarko, lors de ses vœux, a prévenu que « les épreuves ne sont pas terminées. » Pour une nouvelle…  Selon l’azimuté de l’Elysée « il nous reste bien du travail », même si « un monde nouveau a commencé à émerger. » Je sais pas vous, mais moi, quand j’entends certaines bouches prononcer les mots de « monde nouveau », ça fait grimper un brin l’aiguille du trouillomètre. 

 

     Un que le passage à 2010 n’a pas inquiété d’un iota, c’est Brice Hortefeux-d’artifice.  Tout content de lui, le Brice : « la tendance à la hausse du nombre des voitures brûlées a été enrayée », claironna-t-il, fiérot. Pas faux : par rapport à la Saint-Sylvestre de l’année précédente, on en compte dix de moins.  Ce qui nous fait tout de même 1137 bagnoles cramées, mais le ministre a raison : quand ça monte pas, ça baisse…

 

     Pendant que les gamins jouaient à molotover la charrette du voisin — ce qui, notons-le au passage, est une bien belle contribution à la lutte antipollution —, Cécile Duflot, secrétaire nationale de Les Verts, prenaient quelques jours de vacances amplement mérités. En toute simplicité. En famille. Aux Maldives. Comme certains aigrefins lui reprochaient  son séjour sur cet archipel menacé  par la montée des eaux et le réchauffement climatique, la tête de liste écolo pour les Régionales à venir arguait que « c’est pas parce qu’il y aura dix pour cent des écologistes exemplaires qu’on s’en sortira. » Dès lors, pourquoi l’être, hein ? « Je suis une femme normale », tenait-elle ensuite à préciser. Pas si sûr, voyez ma concierge, femme normale s’il en est : les Maldives, elle connait pas bien, elle croit que c’est une sorte de légume.

 

     Puisque nous sommes dans les légumes, profitons-en pour présenter nos (meilleurs ?) vœux à Jacques Chirac, qui vient une nouvelle fois d’être mis en examen. Sa rombière s’en est dit absolument choquée : « il sera convoqué de nouveau, je le sais, mais cela me fait très mal », a pleurniché mamie. « Les Français ont choisi le président de la république », a-t-elle argumentée sans apparemment se souvenir que le grand Jacques, justement, n’était plus président. On lui aurait caché pour ne pas la choquer davantage ? « Je ne pense pas qu’il puisse être soumis aux mêmes obligations que les citoyens ordinaires », a enfin lâché Bernadette Chodron de Courcel, épouse Chirac. Elle devrait être rassurée : si jamais c’était le cas, son mari dormirait en taule depuis quelques années.

 

     Il y aurait peut-être croisé, sait-on jamais,  Jean-Marc Rouillan, qui lui non plus n’est pas soumis aux obligations d’un citoyen ordinaire. Il est soumis à dix fois pire. Est-il nécessaire de rappeler que l’ancien d’Action Directe vit derrière les barreaux depuis maintenant 23 ans, qu’ayant bénéficié d’un régime de semi-liberté en décembre 2007 il fut renvoyé en prison dix mois plus tard, au prétexte d’une phrase ambigüe, lors d’une interview à l’Express ? On pensera ce qu’on voudra de cette phrase. On a même le droit, comme l’autruche, de n’en rien penser du tout. Le fait est que Jean-Marc Rouillan, atteint d’une maladie rare, se regarde mourir en prison. Il a demandé son transfert à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, où il pourrait être soigné. Comme de bien entendu, l’administration pénitentiaire, en son infinie mansuétude, n’a pas cru devoir donner suite à la demande du malade. Et certains prétendront encore que la peine de mort a été abolie en France… Au reste, c’est moins de mansuétude dont il s’agit ici, que d’application stricte du droit. Une instance judiciaire peut parfaitement se substituer à l’administration pénitentiaire, et ordonner le transfert. On peut toujours rêver : Rouillan a reçu, il y a peu, la visite de deux magistrats du Parquet, et l’un d’eux lui a dit « il est indispensable de faire preuve d’un repentir. Sinon, rien n’est possible. » Tiens, depuis quand l’obligation de repentir figure-t-elle dans le droit pénal ? En outre, c’est bien mal connaître Rouillan que de penser qu’il puisse ainsi renier son passé et son engagement. « l’Etat est prêt à me liquider pour quelques mots, exactement comme je suis prêt à mourir pour une histoire vieille de trente ans », a-t-il répondu au loufiat de la république.  Autant dire que Rouillan ne goûtera pas demain aux plaisirs de la liberté. Alors, il s’est remis à écrire, et publie ces jours-ci un livre sur la prison et la mort (1).

 

     Eric Besson écrit aussi, mais sur un tout autre sujet. « Pour la nation », c’est le titre du truc. Tout un programme, quoi, qui fleure bon le néopétainisme. Dans ce bouquin présenté comme sa contribution au débat sur l’identité nationale, Besson s’en prend à ceux qu’ils nomment « les idéologues postnationalistes, les sans-frontiéristes, ceux qui se disent citoyens du monde. » Diantre, si c’est pas du joli repli franchouillo-franchouillard, ça ! On notera au passage que Le Pen n’a plus le monopole des néologismes visant ceux qui ne partagent pas cette vision passéiste et rance. Le livre, par ailleurs, comporterait de nombreuses coquilles et erreurs. Il a pas trouvé de nègre, Besson, pour relire sa bouillie ?

 

     Il aurait dû demander au maire de Gonneville-sur-Mer (Calvados), sûr que l’édile aurait été ravi de corriger le bidule de Besson. Bernard Hoyé, tel est son nom, a une passion dans la vie : les portraits de chefs d’Etats de la République Française. Comme d’autres collectionnent les maquettes de Messerschmitt, lui entasse lesdits portraits. Mieux, il les expose. Ainsi, en se rendant dans la salle des mariages de la mairie de Gonneville, on aura tout loisir d’admirer les trombines de Chirac, Pompidou, René Coty ou encore… Pétain. Le maréchal trône là, comme au milieu de ses pairs, moustaches au vent et chouette casquette. La Licra s’en est émue, et a demandé à l’élu de décrocher le portrait. Celui-ci a refusé. « Je ne suis pas historien, je n’ai pas à prendre partie », s’est défendu Hoyé, « contrairement à la Licra qui, elle, n’est pas objective. » Voilà, au pays de Besson et Sarko, où en est l’objectivité : tout se vaut, tout est égal, Pétain=Vincent Auriol=Sadi Carnot et certes on ne nie pas la collaboration, mais avouons qu’à ce sujet les juifs ne sont pas très objectifs… Où l’ont voit que la vérole brune gagne chaque jour du terrain, jusque dans les campagnes.

 

     En Italie, la même vérole s’exprime dans la rue. A coup de fusil et de barres de fer. Dans le sud de la botte, la chasse à l’étranger est à l’ordre du jour. « Qu’ils s’en aillent, il faut qu’ils aient peur », éructe un habitant de l’accueillante commune de Rosarno. Jeudi dernier, on dénombrait pas moins de 67 blessés en un jour, dont certains au fusil de chasse. Si vous songez, pour vos vacances, à partir en Calabre, laisser votre petit ami métis à la maison. Ou alors achetez un flingue.

 

     Un peu de légèreté, pour finir ? Cédons alors la parole au chronophile Julien Dray, lequel s’est un peu répandu sur le dos des copains cette semaine. A l’égard d’Arnaud Montebourg, qui l’aurait enfoncé : «un jour ou l’autre on se retrouvera, parce que celui qui crache en l’air finit toujours par avoir le crachat qui lui retombe dessus. » Certes, c’est mal écrit, mais ça a le mérite d’être clair. Quant à Cambadélis, il aurait selon Dray « un problème avec sa conscience, il sera rattrapé par tout cela. » Même l’ancien pote Harlem Désir en prend largement pour son grade. C’est « un apparatchik », devenu « le porte-flingue de Bertrand Delanoë », et Dray de relater : « quand je l’ai connu, il était déjà un peu rigide. On l’avait fait évoluer et là, en fin de vie, il est revenu à ses origines…rigides. » En « fin de vie », Harlem Désir ? Il vient d’avoir 49 ans… Bref, on voit que le Julien a le ressenti solide, et donc n’y va pas avec le dos de la Rolex. Finalement, la Calabre, c’est un havre de paix en regard de la rue de Solferino.       


(1)   
Paul des Epinettes et moi. Sur la maladie et la mort en prison. Jean-Marc Rouillan, Agone, 225 pages, 10 euros.

 

                                                                                             Frédo Ladrisse.

 

008.gifLa question de l’autruche que tu trouveras nulle part ailleurs et même que si tu y réponds tu gagnes une plume, ou presque :


     Qu’a dit Sarko à son ministre quand Mitterrand est arrivé avec un bras dans le plâtre, suite à une chute en scooter ?

     a)      Alors, c’était comment, ce Noël en Thaïlande ?

     b)      Décidemment tout est bon pour faire parler de vous !

     c)       Je vous l’ai déjà dit : un ministre, ça ne se promène pas en mobylette.

     Alors alors ?...

Partager cet article

Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article

commentaires

Boris Bordinero 12/01/2010 22:42


Réponse (c) bien entendu.
Le torchon de Besson est-il déjà sorti ? Je n'en ai pas entendu parler du tout, c'est étrange...


Quand l'autruche eternue... 13/01/2010 21:42


bravo tu as gagné (facilement) une plume. Quant au bouquin de besson, il est paru le 5 janvier, aux éditions grasset. Suffit de se renseigner.


Présentation

  • : Quand L'autruche eternue
  • Quand L'autruche eternue
  • : "Hommes/femmes politiques, journalistes au petit pied, philosophes du dimanche ou stars à la ramasse: tous sèment des perles de bêtise, sans se douter que, dans l'ombre, l'autruche les note, les commente, s'en gausse, et recrache le tout sur ce blog."
  • Contact



Publication aléatoire,
inscris-toi à la newsletter pour être informé des
 nouvelles publications.

Rechercher

Vieux Trous

'autres qui font des trous

  
 

images-copie-43.jpg

LIEN-ZONA-YAROST.jpg

LIEN-FA-CLAAAAAASH.jpgLIEN-COLLECTIF-CONTRE-CULTURE.jpg

LIEN DIONYVERSITElien-maldoror.jpg

LIEN-EDITIONS-DU-ML.jpg

lien-Publico.jpg

lien-radio-libertaire.jpg

LIEN ML