Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 20:21

91888755-8075-45bd-95c9-88cda5b48e91HiResTirant tête hors du trou, qu’entends-je ? Ayant reçu de nombreux courriers à ce sujet, autant le préciser de suite : non, cette autruche n’est pas hallal, elle n’est pas non plus certifiée par la mosquée de Roissy-nord, voilà, c’est dit. Contrairement aux moutons, veaux et vaches normandes, elle ne gambade pas non plus voilée et tiens, puisqu’on parle des vaches : ont-elles regardé passer le Tgv qui emmenait, jeudi dernier, le petit Nicolas à Lille ? Un train qui, nous informe la presse, « est parti avec presque 15 minutes de retard. » Qu’est-ce qu’on ferait sans les journalistes ? On ne se le demande pas. Retard ou pas, peu importe : « j’aime beaucoup le train », a cru bon de préciser Sarko, qui ne l’avait pas pris depuis 1974. Moi aussi, j’aime beaucoup le train, cela nous fait une chose en commun. La ressemblance s’arrête pourtant là puisque, comme quelques millions de mes compatriotes, grâce à Sarko et à ses potes je n’ai plus les moyens de le prendre.


     Sinon quoi ? Rien que la banale ritournelle d’une campagne de type cantonale, en à peine plus grand, vous voyez ? Sarko veut faire bosser davantage les profs, Hollande, lui, veut «taxer les riches », rien de nouveau sous le pâle soleil de ces présidentielles pour de rire. Une fois qu’on a pigé qu’entre terme de programme, qu’on choisisse Pepsi ou Coca c’est toujours la même daube à boire, ne nous reste plus qu’à pouffer, en attendant des jours meilleurs. Pouffons, devant la réaction d’un député Ps qui semblait ne pas être au courant de cette nouvelle idée hollandaise, « c’est la surprise du chef, mais le chef a toujours raison. » Pouffons encore devant les risibles aboiements d’une droite toujours très mordante dès qu’il s’agit de voler au secours de l’argent, de Christian Jacob qui y voit une «marxisation du Ps » (elle est bien bonne), à Bernard Accoyer lequel craint que Hollande veuille « chasser de France les quelques riches qui peuvent y rester », pauvres petits multimillionnaires sur le sort desquels on devrait se mettre à pleurnicher? Franchement, qu’ils se cassent tous, hop en Suisse, par charters entiers, qu’est-ce qu’on en a à tamponner, du moment qu’ils nous laissent la caisse ? Je sais, je rêve, ces margoulins sont peu enclins à oublier sur la banquette la valise à lingots. A noter, au sein du cloaque, l’extrémiste Philippe Villin, banquier d’affaire de son état. Selon ce triste sire, « le projet du Ps, c’est la Corée du Nord. » Et l’Isf, c’est le goulag ? Moi, je t’enverrai le bonhomme faire une semaine de stage au Laogai, pour voir, ça lui passerait le goût des sotties, à cet affreux Villin. Ces as de la finance de haut vol n’ont pourtant aucune vraie raison de s’inquiéter : Hollande, en visite à Londres mercredi, a pris soin de rassurer les traders de la City: «Non, je ne suis pas dangereux », qu’il a dit. De ce côté-ci de la manche, on s’en doutait un peu.


     Et tandis qu’en métropole on est comme au théâtre, à la Réunion ça secoue. Mais du cocotier médiatique tombent toujours les mêmes noix. Première nuit d’émeute : les commentaires pointent « les casseurs, les bandes organisées profitant du mouvement de mécontentement pour piller les magasins », et autres images d’Epinal. Seconde nuit d’émeute : il devient difficile, du fait de la présence d’observateurs indépendants, de nier l’implication des adultes, ouvriers, chômeurs en  colère, ni leur discours très clair, porteur de revendications fondées. Troisième nuit d’émeute : quelques courageux francs-tireurs parmi nos éditorialistes osent l’analyse suivante : les violences dans l’ile pourraient s’expliquer « en partie » (important, ça, le « en partie »), par un coût de la vie très élevé, et un taux de chômage de 60 % en ce qui concerne les jeunes. Une fois de plus, on ne se demande pas ce qu’on ferait sans ces éditorialistes-là.


     A l’ouest de La Réunion, pas loin à vol de pélican, le Zimbabwe : sous cette latitude, le potentat Mugabe a livré récemment sa vision, tout en nuance, de l’homosexualité. Selon cet esprit éclairé, « les gays sont pires que les chiens et les porcs, parce que les porcs savent qu’il y a des mâles et des femelles. » Depuis quand « les gays » l’ignorent-ils ? Cela, Mugabe ne le dit pas. « Voilà comment nous sommes nés, et voilà pourquoi nous vous disons d’aller en enfer », conclua-t-il. Quand on sait que le despote s’exprimait de cette façon lors du discours d’ouverture des festivités relatives à son anniversaire, on se demande ce qu’il pense des homos les jours où y’a même pas de gâteau.


     Poursuivons, un moment, ce tour de la planète en folie, avec un petit détour par l’Indonésie. Dans ce pays on a décidé de rééduquer les punks. Il reste donc des punks, en ce bas monde ? Oui, mais mauvaise idée, les tout derniers étaient partis se planquer en Indonésie. En décembre 2011, juste à la sortie d’un concert, les flics en ont coffré soixante. « Immédiatement tondus à leur arrivée au centre de rééducation, ils ont, par la suite, été vêtus d’habits neufs en lieu et place des tee-shirts vantant l’anarchie. Ils ont été ensuite contraints de participer à une séance de prière »  apprend-t-on sur Le Monde.fr. Bigre, ça rigole pas. « Nous craignons que leurs actions ne viennent perturber l’application de la charia », a expliqué l’adjoint au maire de Banda Aceh, la commune où eut lieu la rafle. Ça, c’est du No Future, ou je ne m’y connais pas.


     No future également pour les lèvres encarminées qui se posaient naguère, en toute délicatesse, sur le mausolée d’Oscar Wilde, dans le cimetière du Père-Lachaise. De Banda Aceh à Paris, pas de doute, les fous sont lâchés : la tradition voulait que celles et ceux le désirant déposent un baiser sur la robuste pierre du tombeau. Et c’était un spectacle assez jouissif que celui de ces centaines de traces laissées par autant de bouches anonymes, autant d’hommages qu’aurait goûté à coups-sûrs le divin défunt. Un culte non-ostentatoire, tout en sensualité, qui ne troublait en rien le calme de l’endroit, bref, un rituel certes païen, mais qui ne mangeait pas de pain. C’en était trop, cependant, pour le petit-fils de Wilde, un certain Merlin Holland : Merlin le désenchanteur a donc décidé de « protéger » le tombeau par une paroi de verre, haute de deux mètres s’il-vous-plaît. Motif? « Cela abîmait la pierre, et l’enlaidissait. » Pfff. Non seulement, de par ces baisers, cette tombe était devenue une des plus touchante du cimetière, mais encore, petit imbécile, si nos lèvres avaient le pouvoir d’user ainsi la pierre ce serait une excellente nouvelle pour les briseurs de murailles que nous sommes. Malheureusement, ça n’est pas le cas. Tout laisse donc à penser que c’est, une fois de plus, le plaisir qui gêne, et la volupté exprimée, à titre tout à fait gratuit. « Plutôt des fleurs que des baisers », commente le tout petit-fils. Des fleurs pour Wilde… N’importe quoi. Pourquoi pas des rosaires ?



                                                                                                Frédo Ladrisse.

Partager cet article

Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Quand L'autruche eternue
  • Quand L'autruche eternue
  • : "Hommes/femmes politiques, journalistes au petit pied, philosophes du dimanche ou stars à la ramasse: tous sèment des perles de bêtise, sans se douter que, dans l'ombre, l'autruche les note, les commente, s'en gausse, et recrache le tout sur ce blog."
  • Contact



Publication aléatoire,
inscris-toi à la newsletter pour être informé des
 nouvelles publications.

Rechercher

Vieux Trous

'autres qui font des trous

  
 

images-copie-43.jpg

LIEN-ZONA-YAROST.jpg

LIEN-FA-CLAAAAAASH.jpgLIEN-COLLECTIF-CONTRE-CULTURE.jpg

LIEN DIONYVERSITElien-maldoror.jpg

LIEN-EDITIONS-DU-ML.jpg

lien-Publico.jpg

lien-radio-libertaire.jpg

LIEN ML