Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 20:16

 

nez-odeur-illustration_14015_w125.jpgTirant tête hors du trou, qu’entends-je ? Fichtre et mazette de chez mazette, quelle époque et quelle salve ! Dans le désordre, nous avons : un chef flic arrêté pour deal, un juge traîné devant les juges pour avoir trop ouvert sa gueule, un magistrat pas loin d’être mis en examen, des valises de pognon circulant sans souci entre la France et la Françafrique, sans oublier quelques barbouzeries relevant de la haute voltige, telles celles relatives à l’attentat de Karachi, dans lesquelles se révèlent mouillés jusqu’aux coudes rien moins qu’un ex-premier ministre, quelques ministres en exercice et pléthore de potentats, piliers du Sarkoland. Dans le désordre, oui : on ne saurait mieux dire. Brice Horte-contre-feux a beau, suant et postillonnant, s’atteler à calmer l’incendie, il semblerait que ça brase grave. Certes, il n’a pas tout à fait tort de dénoncer «cette avalanche de boules puantes qui se déversent tous les jours», mais le bougre prend néanmoins soin d’oublier sciemment d’où nous vient ce vent sentant la merde. C’est qu’il émane de sa maison, bleue, qui a pour nom Ump et de quelques antiquités, dont le momifié Ballamou.

     Soyons justes : ça ne pue pas qu’à droite. Ils datent, les gémissements de DSK à la téloche chez sa copine chacale Chazal, mais méritent qu’on revienne dessus, qu’on les surligne une fois encore tellement c’est énorme, tellement ça reflue. « J’ai eu peur, j’ai eu très peur », souffle-t-il pour commencer. Et nous donc, ahlala… « Quand vous êtes pris dans les mâchoires de cette machine, vous avez peur d’être broyé. » Ah oui ? Ces mâchoires s’appellent police, justice, prison, vois-tu petit, ça fait bizarre, n’est-ce pas, fait peur. Pas un mot, cependant, de la part du repris de justesse, à l’égard de celles et ceux croupissant dans les geôles. Non, ce soir-là, sous les sunlights, DSK est content : « je suis content, ce soir. » L’ombre d’un regret, pour finir : « j’ai raté mon rendez-vous avec les Français. »  Ensuite, et sans un mot pour celle qui demeure sa victime, le bonhomme s’envola en compagnie de sa pouffe pour quelques jours de vacances dans son palais de Marrakech — oui, le renverseur de ces dames possède un palais au Maroc, un « Riad » comme on dit. Il avait rendez-vous, le pacha, avec les Français ? A titre personnel, j’ai beau fouiller mon agenda, je retrouve pas la date.

     A quelque chose malheur est bon, me direz-vous, même pour lui: le fait d’avoir lâché son sperme sur une femme de chambre  aura au moins permis à Dominique Strauss-Kahn d’éviter le ridicule de devoir concourir lors des primaires socialistes. Je m’explique : ma malsaine, insatiable et cruelle curiosité m’ayant poussé à rechercher, sur le net, les endroits où, en ma bonne ville, allait se dérouler cette consultation, j’ai trouvé : un resto, deux bars louches et deux pizzerias. Pas une école, pas l’ombre d’une sobre salle municipale, dans une ville où pourtant les élus socialistes font partie de la majorité. Mieux : questionnés à ce sujet, deux patrons de troquets concernés m’ont avoué ne pas être, mais alors pas du tout, au courant de l’opération. Ça commence bien, leur affaire, on n’a pas fini de se marrer, à aller se taper un jus en terrasse, le 9 octobre, histoire de se foutre un brin de leur gueule. Mais il y a meilleur encore, il y a le « stylo anti-fraude. » Le bidule est un genre de Bic, dont la particularité est d‘être équipé d’une mini-caméra, se déclenchant dès qu’on s’en sert, même si c’est pour se gratter l’oreille. Au-delà des lobes crados, ça filmera les signatures, ça les transmettra illico vers un genre de plateforme media, vous voyez le genre, et l’intention ? L’autre particularité de cet objet high tech est son prix, tant exorbitant que le PS refuse de le communiquer. Mais pourquoi un stylo si particulier? Pour éviter la triche, qu’ils disent. Pas de doute, au Ps, le maître-mot est : confiance.

Alain Minc lui au moins, n’utilise ni stylo magique ni mini-caméra ni autre James Bonderies de ce genre : sa langue, seule, dès qu’elle s’agite dans sa bouche pour produire quelque chose comme un son, un mot, une phrase, suffit à le dédouaner de toute ambiguïté : le gars est d’une niaiserie cash. «Je suis un nucléocrate, pas un nucléophile, non, un nucléocrate, hein », avoue-t-il, tout à son plaisir. « Je souhaite que la France devienne le grenier à neutrons de l’Europe », gourgandine, pour finir, le Minc. L’homme est bronzé, mais plus très jeune. Dès qu’il ouvre la bouche ça remugle les UV, et la fin de vie sous forme de cancer de l’urètre. Qu’un Fukushimatron l’achève !

     Autre purin aux effluves pour le moins vomitives, celui remué par les parlementaires de l’Ump, sous la conduite de Copé. Les voilà qui proposent rien moins que d’imposer aux jeunes un « serment d’allégeance aux armes », durant lequel ils devront promettre de « combattre pour leur pays. » Le serment concernerait toute personne demandant sa naturalisation, mais aussi, et selon la formule bien glauquissime de Copé, « les Français de toujours. » Spécialiste des ballons d’essai et des provocations — interdiction du droit de grève dans les transports au moment des vacances, redevance télé appliquée aux ordinateurs, extension du statut d’auto-entrepreneur aux agents de la fonction publique,… —, Copé s’est bien évidemment empressé d’enterrer ce projet de serment, dès qu’il eut été annoncé. C’était pour voir, n’est-ce pas, comment « cela » réagirait. C’était, surtout, un nouvel appel du pied à ces « Français de toujours » s’apprêtant à voter Le Pen. C’était, enfin, une façon de remettre l’armée en selle, de la placer au cœur des débats, surfant sur la pseudo victoire militaire en Lybie — la France est ce pays ne gagnant que les guerres qui n’en sont pas —et la soi-disant bonne image dont bénéficierait l’armée, auprès des électeurs. La même semaine, Sarko réactivait l’expérience d’internats pour jeunes délinquants, dirigés par des militaires. Pour mémoire : suite à quelques essais en 2007-2008, l’idée avait été abandonnée à la demande des… militaires. Selon eux, ça ne marchait pas. On se demande bien pourquoi.

     On se demande aussi pourquoi on nous a tant soulés avec cette histoire de Sénat qui aurait, soi-disant, basculé à gauche. La bonne blague. Pour un oiseau tel l’autruche, pour qui le NPA se situe au centre-droit, on comprendra que l’élection d’un membre du parti socialiste à la présidence du Sénat soit un non-évènement, un courant d’air, une flatulence.

      On se demandera, pour finir, pourquoi le jour où un squat brûle à Pantin — sept morts, de nombreux blessés, Tunisiens, Libyens, Egyptiens —, le jour où l’usine chimique de Rouen, sœur jumelle de l’AZF de Toulouse, explose et connait de sévères fuites d’ammoniaque — inévitable scénario décrit par le copain Levaray, ouvrier là-bas à Rouen, dans son bouquin « Putain d’usine » qui date de 2001 !, pourquoi, oui, on se demande, les journaux radios et téloches ouvrent tous sur Strauss-Kahn et sa confrontation avec Tristane Banon. A quelle heure est-il arrivé, dans quel type de voiture ? Portait-il son costume bleu Calvin Klein, était-il coiffé raie à droite ? On se demande, vraiment.

 

                                                                                                Frédo Ladrisse.                  

Partager cet article

Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Quand L'autruche eternue
  • Quand L'autruche eternue
  • : "Hommes/femmes politiques, journalistes au petit pied, philosophes du dimanche ou stars à la ramasse: tous sèment des perles de bêtise, sans se douter que, dans l'ombre, l'autruche les note, les commente, s'en gausse, et recrache le tout sur ce blog."
  • Contact



Publication aléatoire,
inscris-toi à la newsletter pour être informé des
 nouvelles publications.

Rechercher

Vieux Trous

'autres qui font des trous

  
 

images-copie-43.jpg

LIEN-ZONA-YAROST.jpg

LIEN-FA-CLAAAAAASH.jpgLIEN-COLLECTIF-CONTRE-CULTURE.jpg

LIEN DIONYVERSITElien-maldoror.jpg

LIEN-EDITIONS-DU-ML.jpg

lien-Publico.jpg

lien-radio-libertaire.jpg

LIEN ML