Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 17:49

 

156480--la-grande-zoa-avec-didier-wampas-156x133-2.jpgTirant tête hors du trou, qu’entends-je ? Tandis que se poursuivent les expulsions de campements roms et autres cochoncetés d’Etat, fruits pourris d’un racisme devenu doctrine officielle, Hortefeux-nouille et ses compères engraissent le pire de nos Dupont, arrosant d’amalgames puants l’assemblée, au comptoir. Il y aurait ainsi, selon le suant rouquin, « un vol sur cinq à Paris commis par un Roumain. » Et quand bien même, dites-vous ? Mais c’est que tout s’explique, qu’enfin Dupont sait qui, par une nuit sans lune, lui chipa les deux roues avant ainsi que les tapis de sol de son sinistre véhicule. Pauvre bougre trop longtemps floué par les tenants de la bien-pensance, il n’en est pas moins satisfait de voir se confirmer quelques convictions ramassées au rebord du caniveau : non content d’être sale, fainéant et sournois, le Rom est voleur. C’est sa nature. « Comme tous les Arabes », a dut se retenir d’ajouter Hortefeux, se mordant les lèvres jusqu’au sang. Quoi qu’il en soit, le même Hortefeux risque de devoir remiser, pour un temps, son xénophobisme latent : figurez-vous qu’il s’est comme qui dirait découvert une vocation d’édile, et compte se présenter aux prochaines municipales. Où donc Hortefeux-nnec briguera-t-il son premier mandat ? A Vichy. Ça ne s’invente pas. « Ma famille, mes racines sont ici », précise le bougnat. Depuis 1943 ?

 

     Mais quelques voix s’élèvent, au sein même du gouvernement ! Ainsi l’ineffable Kouchner tapa-t-il de ce poing qu’il a tout rachitique sur sa table de futur ex-ministre, expliquant au sujet des Roms « je ne suis pas content », précisant qu’il avait, sic ! « profondément pensé à démissionner. » Mais finalement, non, profondément ou pas, car « s’en aller, c’est déserter. » Pas de chance, personne n’était là pour lui rappeler que, dans le cas présent, rester revient à collaborer. Que cent poignées de cendres se répandent sur son crâne! Cependant Kouchner-de-bœuf a beau faire des efforts, dans le registre des contorsionnistes et triturés du bulbe jamais il n’arrivera à la hauteur des talons d’Amara, Fadela : « je suis contre les expulsions de Roms, j’ai toujours milité contre les expulsions » , balance la pourtant toujours membre d’un gouvernement qui compte bien continuer de les multiplier. Ensuite, ménageant la chèvre et le chou-rave qui trône à l’Elysée, Amara-d’eau-de-la-Méduse s’oblige à préciser qu’elle « adhère à la logique du président de la République : nos parents n’ont pas immigré pour que leurs enfants basculent dans la délinquance. » Où l’on retrouve, comme en passant, l’hortefesque amalgame qui lie immigration et délinquance. Que mille tuiles s’abattent sur les chaussures de l’Amara !

 

     Etaient-ils tuiliers et couvreurs ? On ne sait mais samedi dernier ils étaient des dizaines de milliers à battre le pavé en même temps que le rythme d’un air de plus en plus populaire, dont le titre pourrait être « ça commence à bien faire ». Ce n’était, bien entendu, qu’une manif supplémentaire, de celles qui donne bonne conscience à, finalement, peu de frais, néanmoins une tension, pour ne pas dire une colère, parcourait les cortèges, colère sourde ou rentrée peut-être, mais bien présente, palpitant. Le pouvoir ne s’y est pas trompé, qui avait mobilisé quelques milliers de robocops, le long des parcours arpentés par les mamans à poussettes et petits vieux à la mémoire fraîche comme un saumon sauvage — eux se souviennent d’un temps que les moins de 70 ans ne peuvent pas connaître, n’est-ce pas Lucio ? En résumé : autant d’éventuels terroristes dont il convenait de bien surveiller les sucettes. Ce même pouvoir, après avoir ainsi pris ses sécuritaires précautions, tentait le soir même et par la bouche, définitivement bée, d’Hortefeux- de- Bengale, de minimiser l’événement : « il n’y a eu, sur l’ensemble du territoire, que quelques dizaines de milliers de manifestants. »  Et de préciser la bave aux lèvres qu’il ne s’agissait jamais que de « manifestations hétéroclites, où se sont retrouvés une mosaïque de partis traditionnels mais aussi des groupuscules gauchistes et anarchistes. » L’horreur, quoi, le retour de Julien Coupat dans la rue ! Plus tard, il n’y eut pas jusqu’à quelques khmers noirs, anarchistes pur beurre sans sel, pour venir cracher sur cette belle mobilisation, renâclant à défiler avec des associations de défense des droits de l’homme pas « casher » selon leurs principes, j’allais dire : leur religion. Plus tard, il était cocasse de les entendre, ces anars chafouins, reprendre quasi mot à mot les slogans de l’homme de Beauvau, rabâcher que cette manif’, finalement, ne représentait rien ou peu de choses, une pauvre affaire de bobos, crêpe-party etc : crêpe-party à laquelle ils n’ont pu, cependant, s’empêcher de participer. Peu importe, au final, le catéchisme de ces Purs et leurs contradictions: qu’ils continuent de dérouler leurs obscurantistes leçons, index dressé vers Leur Ciel, qu’ils délivrent leurs anathèmes et autres excommunications: ils ne représentent plus qu’eux-mêmes. A force de se tromper d’ennemi, ils se retrouvent bien seuls, sur le terrain des opérations. Seuls, et sans munitions.

 

     Ce n’était qu’une manif’ de plus, mais je n’oublie pas avoir pensé, au cœur de l’été, quand les expulsions de campements furent programmées par le Sarkoland, que jamais les gens ne bougeraient pour défendre les Roms, une communauté pour le moins méconnue, et qui n’a pas bonne presse au sein de la population, toute couleur politique confondues — et jusqu’aux anarchistes, eh oui. Je suis alors heureux de m’être en partie trompé, même si l’effort est faible, bien sûr loin d’être suffisant, mais mobilisation il y eut, mobilisation il y a, et elle va se poursuivre. Aujourd’hui, pas une expulsion, fut-elle de quelques personnes, pas une destruction de campement ne peut se faire sans que les médias n’en soit informé par, non seulement les militants, mais aussi par les voisins, les habitants proches des campements. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup (Michel Berger, sans troupeau).     

 

     Cela dit elles furent rares, les raisons de se réjouir en cet été en forme de retour du Nacht et du Nebel. Il réserva néanmoins quelques bonnes surprises : par exemple, des soldats français ont tirés sur d’autres soldats, également Français. On appelle ça des « tirs amis. » Il y a là de quoi faire fantasmer tout un troupeau d’autruches : en Afghanistan ou ailleurs, bousillez-vous les uns les autres, Terminators de pacotille, techno-troufions de mes deux ! Pendant ce temps-là, au moins, vos erreurs de tirs ne risquent pas de faire disparaître tel ou tel village millénaire, habité de paisibles gens. Puis, avec un peu de chance, une de vos balles perdues viendra peut-être se ficher dans le réservoir d’on ne sait quel hélico présidentiel ? On peut toujours rêver…

 

     On rêverait également de voir la justice de classe de ce pays à la noix de cajou faire enfin son boulot, et les magistrats se sortir les doigts du pot de Nutella. Deux affaires montrent, ces temps derniers, que c’est pas pour demain la veille. Woerth-Bettencourt bien entendu, enfin, « entendu », façon de dire… Le gars s’enfonce de jour en jour dans le marigot de ses mensonges, lesquels sont désormais de notoriété publique, cependant ce grand distributeur de breloques devant l’éternel s’entête à ne pas comprendre qu’il est impossible désormais, pour toujours et à jamais, de le prendre au sérieux: « je n’ai jamais menti à personne, ça suffit ! », s’énerve Pinocchio-le-piteux, «  on cherche à me salir, je n’ai rien fait de mal, je n’ai rien à me reprocher ! » Dès lors, blanc comme un linge à défaut de neige, Woerth découvre peu à peu que, dans le monde réel —monde qu’il semble avoir quitté du jour où il a rejoint la cinquième dimension autrement appelée Ump— si on veut être un brin crédible il ne suffit pas de rabâcher devant micros et caméras qu’on a rien fait mais rien, enfin !, qu’on est innocent, pur, tel l’oisillon tombé du nid. Pauvre petit oiseau, aussi sûrement déplumé qu’il sera, sous peu, sacrifié sur l’autel du remaniement. Le plaindre? Vous rigolez ?

 

      Pas à plaindre non plus, ce vieux renard des crasses basses-cours, j’ai nommé Chirac, Jacques, le goupil aux mains non pas rouges, mais assurément sales. Il s’en tire bien, le futé. Pour une somme pour lui modique (550 000 euros), Chirac a reçu l’assurance de n’être pas poursuivi par la Mairie de Paris, mairie qu’il a volée durant une bonne décennie. Merci qui ? Bin merci Bertrand. Ainsi, par la grâce d’un arrangement entre pourris de droite et de gauche, le vieil homme et la mère, Bernadette, finiront leurs vieux jours non à l’ombre, comme il se devait, mais sous le plein soleil d’une impunité négociée à la demande expresse de Delanoë lui-même. Chirac en prison ? Non, jamais. Didier Wampas va être déçu.

 

     Reste à espérer que l’arrangement fasse jurisprudence : voleur, mon ami, sache que la prochaine fois que tu te fais gauler il te suffira de rendre les deux chandeliers dérobés pour éviter de passer par la case prison. On peut toujours rêver ? Non.           

 

                                                                                           Frédo Ladrisse.

Partager cet article

Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article

commentaires

radaze 08/09/2010 18:33


ah! la! la! dans la grande famille Vomito on ne sais plus qui choisir!! quelle gerbe!
va bien falloir se les farcir un jour ou l'autre ces caricatures, en tout cas merci pour ces billets revigorants.


Présentation

  • : Quand L'autruche eternue
  • Quand L'autruche eternue
  • : "Hommes/femmes politiques, journalistes au petit pied, philosophes du dimanche ou stars à la ramasse: tous sèment des perles de bêtise, sans se douter que, dans l'ombre, l'autruche les note, les commente, s'en gausse, et recrache le tout sur ce blog."
  • Contact



Publication aléatoire,
inscris-toi à la newsletter pour être informé des
 nouvelles publications.

Rechercher

Vieux Trous

'autres qui font des trous

  
 

images-copie-43.jpg

LIEN-ZONA-YAROST.jpg

LIEN-FA-CLAAAAAASH.jpgLIEN-COLLECTIF-CONTRE-CULTURE.jpg

LIEN DIONYVERSITElien-maldoror.jpg

LIEN-EDITIONS-DU-ML.jpg

lien-Publico.jpg

lien-radio-libertaire.jpg

LIEN ML