Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 20:23

 

Tirant tête hors du trou, qu'entends-je ? Ça a donc remanié plus sec que prévu, expuls'man nommé chef des flics, le chef des flics nommé chef des juges, et le reste à l'avenant. Arrêtons-nous un brin sur MAM : l'ex-tenancière des comicos, responsable du cirque dit de l'affaire Tarnac, la voilà désormais « en charge de la justice ET des libertés. » Ça fait peur, je vous l'accorde. Et Darcos, le maton des profs, devenu ministre du travail ? Brrr... Au revoir les enfants, bonjour les parents, et au boulot maintenant! Vous me direz, il n'y a pas que de mauvaises nouvelles, la preuve : Boutin dégage, retourne à son néant bovin. Elle prend Laporte en ses bagages, mis dehors lui aussi, qui ça ? Laporte, vous savez, le mi-demeuré misogyne, con comme un bœuf sous codéine. Un rugbyman, en somme. Autre bourrin de première, mais qui entre à l'étable plutôt que d'en sortir, Mitterrand, Frédéric. Ministre de la culture, oui mon neveu, on en chialerait pour moins que ça. Mais Darry Cowl n'était pas libre, et Michel Galabru finalement s'est désisté, alors Mitterrand, Frédéric. Rien que pour le symbole. Comme le relevait son collègue Eric Besson « un Mitterrand au gouvernement, c'est la cerise sur le gâteau. » C'est ça, ce n'est rien d'autre. La culture, pour ces gens, c'est ça. Une friandise. Une queue de cerise. Il faudrait ne jamais oublier que ces gens ont été capables de nommer François Léotard ministre de la culture, et même Jacques Toubon ! Ces gens-là sont capables de tout.

 

     C'est peu dire, dès lors, que la nomination de l'animateur de téloche n'étonnera que les fans de Pina Bausch (qu'elle repose en paix), ainsi que les ultra gauchistes pouilleux décadents dépassés terroristes en puissance s'obstinant à relire la princesse de Clèves. Pas crédible, F. Mitterrand ? Qu'on en juge plutôt : la première sortie du ministre fut à destination du public de M. Jackson : « c'est d'une effroyable tristesse », qu'il a dit, quand l'autre a canné. Voilà qui est original. « Tout le monde à un peu de Michael Jackson en lui », qu'il a cru bon de rajouter. Voilà qui a le don d'effrayer.

 

     Il y a pire, je vous l'accorde, dans le registre de l'horreur. Ainsi Sarkozy se coulant dans les habits de Thiers, Adolphe, menant son show depuis Versailles, un show, vraiment ? Une offensive, plutôt, et à ceux qui n'y ont vu qu'un aimable exercice de rhétorique appliquée, nous ne saurons trop conseiller de changer de binocles. Sarkozy devant le parlement, c'est Pétain demandant au même de lui voter les pleins pouvoirs. Dans un cas comme dans l'autre, l'opposition se contenta de ne pas applaudir le maréchal du moment. Bravoure, quand tu nous tiens... Et notre petit Thiers impayable de dérouler, tranquille, son train-train réformard à la va-comme-je-te-pousse du côté du fossé, toujours. Les retraites ? « en 2010, tout sera mis sur la table. » Vraiment, tout ? Y compris le bouclier fiscal (10 milliards de perdus), les exonérations de charges patronales (8 milliards d'envolés) ? Pensez bien que non, amis riches, patrons, banquiers, pas d'inquiétude à ce sujet. On n'y touchera pas et, mieux, pour financer les beaux cadeaux de ceux pour qui c'est Noël 365 fois par an, on va faire appel à l'emprunt. Le Français de base, doit bien lui rester une piécette de vingt dans la poche. On va se débrouiller pour venir la lui voler.

 

      Du gâteau, de la cerise, le Français de base ne sucera jamais que le noyau. Et encore. Fillon, dont la fonction consiste à inaugurer le salon des arts décoratifs (à Vierzon, fin juillet), n'en a pas moins prévenu qu' « il n'y a pas d'autres solutions, pour sauver  nos régimes de retraite, que de travailler plus longtemps. » Allégeance stylée au syndrome TINA, raccourci de l'antique thatchérienne formule There is no alternative, bref :  rien de nouveau en cuisine, c'est toujours dans les vieux fours qu'ont fait cuire les pires gâteaux, cerise sur le dessus ou pas. Frédéric Lefèbvre, pour sa part, en bouledogue appliqué léchant les bords de sa gamelle, insiste sur la nécessité qu'il y aurait, selon ses babines, à faire bosser les malades tant qu'ils ne sont pas tout à fait morts. « Ça va dans le sens de la modernité, on y reviendra », aboie le clebs à son pépère. Belle modernité que celle qui nous ramène à l'aube incertaine du terrible XIXe siècle ! Plus loin le voilà, le Lefèbvre, qui s'improvise thérapeute à la manière de Knock : « il y a beaucoup de Français qui ont besoin du travail pour guérir. » Je pensais moi, naïf, qu'il y en avait surtout beaucoup que le travail rendait malades.

     Malade, elle l'est certainement, qui ? Mais la philosophie ! (On appelle ça art de l'enchaînement, et c'est tout un métier). Malade, oui, si tant est qu'on la considère par exemple représentée par, je sais pas moi, Finkielkraut ? Mauvaise pioche, mauvais philosophe, salonard de première, rien que de l'évoquer grande est la tentation  de mettre un p là où trône un n. Défenseur de première ligne de cette salonerie de loi Hadopi, il dit, à propos de son retoquage temporaire : « la France s'est retournée contre les droits de l'homme. » Rien de moins. Confondre à ce point les droits de l'homme et les droits de la Fnac, n'effraie guère le Finkiel', pour qui cette décision est « d'une muflerie incroyable. » Sic de chez sic. Ainsi, pour lui, un avis du conseil constitutionnel pourrait revêtir les oripeaux d'une muflerie incroyable ? A mon avis c'est sa connerie, qui est assez incroyable. Au sujet de la burqa, en bon islamophobe soucieux de faire chauffer l'huile qu'on jettera après sur le feu, Finkielkraut se lâche : « depuis l'amour courtois, la France, c'est la présence des femmes, c'est la visibilité des femmes. » C'est regarder sous les jupes hein, c'est à ça qu'elle sert la femme, hein... M'est avis qu'il devrait arrêter de s'exciter comme ça, il va faire sous sa robe de bure, le philosophe branlophile. « La burqa est une forme d'exhibitionnisme, et en France, les exhibitionnistes sont condamnés », lâche-t-il comme un dernier jet. Où l'ont en revient au fantasme du sieur Finkielcroute, lequel veut condamner les exhibitionnistes mais ne manque pas une occasion de s'exhiber tout déhanché sur le premier plateau télé réclamant sa présence puisque, une fois de plus, Darry Cowl est trop occupé. Cerise sur le gâteau de sa haine de l'étranger, le salonard envoie ceci, en forme de grenade qu'il se plait à dégoupiller : « la burqa est peut-être minoritaire en France - c'est l'autruche qui souligne -, mais dans les cités les gens d'origine européenne ne se sentent plus chez eux. » Et de préciser, curieusement : « se sentir chez soi n'est pas un sentiment de droite, c'est un sentiment de gauche. » Ah ? Clochemerle votait communiste, et on nous a rien dit ? Peu importe, au demeurant, que ce sentiment soit de droite ou de gauche. Le « se sentir chez soi » pue, sur cette fétidité-là prospère les Marine Le Pen, les Brice Hortefeux-de-paille et autres pétaino-sarkozystes galopants. Misère de la philosophie, ou philosophie de la misère ? Les deux, mon petit caporal.

 

     Misère aussi que de trouver, sous la plume de Michel Onfray (philosophe s'il en est mais qui ne sait pas se taire assez dès qu'il s'agit de politique, sujet sur lequel il est faible), un article titré « abstention, piège à cons. »  C'est un vieux titre usé mille fois, notamment par Libération, entre les deux tours de l'élection présidentielle de 2002, ça nous rajeunit pas. Depuis, les mêmes qui hurlaient au loup et nous enjoignaient de voter contre le péril lepéniste - ce que mes amis et moi nous gardâmes bien de faire : on s'en félicitait hier, on s'en félicite aujourd'hui -, sont les mêmes qui laissent s'étendre, en tout  sens et en tout domaines, les tentacules du pétaino-populo-sarkozysme. Onfray est une belle personne. Il suffit de le lire et/ou de le rencontrer pour s'en persuader. Mais cette belle personne, par moment, se fourvoie. Dans ce texte elle vomit  les abstentionnistes, « tout aussi responsables, sinon coupables -mazette ! », que ceux qui ont voté pour Sarko lors des européennes. Coupables de quoi ? De « ne pas avoir voté contre lui. » Nous voilà voués aux gémonies mais dites, monsieur Michel, fallait faire quoi alors ? Voter NPA, qu'il nous dit... « Certes, les élections ne sont pas tout », prévient-il en début d'article. « Mais elles ne sont pas rien non plus. » Ah bon ? Misère de la philosophie, que d'entendre l'auteur de « politique du rebelle », livre essentiel s'il en est, ânonner le catéchisme trotskard, en sa version la plus puérile... Tristesse que de voir celui qui, avec l'air de ne pas y toucher, a réhabilité l'athéisme contemporain, s'abaisser pour le coup à compter les cerises en bocaux, pardon : les bulletins dans les urnes. Là-dessus l'autruche reviendra, comme le texte d'Onfray appelle une réponse, point par point, et qu'il serait étonnant que son goût du dialogue trouve ici sa limite.

 

      Je n'ai entendu ni Onfray, ni à fortiori Finkiel', réagir face aux agissements des nervis de la CGT qui, à la bourse du travail, à Paris, on jeté sur le trottoir et à coup de bâtons musclés plusieurs dizaines de sans-papiers. Y fallait libérer les salles, on doit y préparer la promenade d'octobre, pardon : la Grande Manifestation Intersyndicale de Mes Deux. Depuis, les familles campent dans la rue, devant ce qui était naguère la maison des travailleurs. Depuis, certains de mes amis, encartés à la CGT, se sont émus de leur situation, et ont protesté fermement quant aux agissements de leur syndicat, ou de ses représentants. Mais aucun n'a rendu sa carte. Misère du syndicat.

 

                                                                           Frédo Ladrisse                          

Partager cet article

Repost 0
Published by Quand l'autruche eternue... - dans politique
commenter cet article

commentaires

Spartacus 11/07/2009 18:23

Quand l'autruche éternue, elle fait bien de ne pas mettre son aile devant sa bouche, ça permet d'éclabousser tout le monde !
Voila un commentaire qui ne fait pas avancer le schmilblick, chuis en accord avec toutes tes explosions, pas la moindre controverse à l'horizon... Tant pis. Et salut !

Carlus 06/07/2009 14:59

Ca, c'est du pamphlet! facon snipper (je tire sur tout ce qui bouge), facon kalachnikof (je ne ménage pas mes munitions), façon serial killer ("vous avez tous y passer, bande de cons") facon mégalo (toi le Onfray, tu te bouges le cul ou faut-il que je vienne te chercher?")
Et j'aime beaucoup ! bravo !

Quand l'autruche eternue... 11/07/2009 14:18


Vraiment et sans exagérer, tu viens de pondre le plus juste et le plus éloquent commentaire de toute l'histoire (récente) de ce blog...
L'autruche, touchée... 


Le Huron 06/07/2009 10:03

l'imprécation, c'est bien, ça défoule mais ça ne convainc pas toujours si ça impressionne souvent; Ce n'est pas tant que les nervis de la CGT aient expulsé des immigrés qui me choque, c'est qu'on trouve normal qu'il y ait (encore!) des nervis à la CGT. La burqa? C'est la cerise sur le gâteau de l'obscurantisme, de l'oppression des femmes, des mariages forcés, de la tolérance de la pratique "culturelle" de l'excision, de la lapidation des femmes adultères etc. Imprécation quand tu nous tiens!

Quand l'autruche eternue... 11/07/2009 14:36


roooo... le Huron est enervé!... Bin oui y'a encore des nervis à la CGT, et c'est pas demain que ça va finir, les gros bras qui obéissent sur ordre et sans réfléchir. Hum, sur ordre de qui? C'est
une excellente question.
Moi ce qui me surprends tu vois c'est qu'il y ait encore des copains libertaires susceptibles de ne pas rendre leur carte CGT (pour quelles raisons, ça les regarde). Mais ça me surprend (je dois
être naïf). Si moi j'étais membre d'un syndicat qui expulse les sans-papiers de leurs locaux, et fallait voir comment!!... , franchement je me barrerai, pour le moins, non sans avoir avant craché
sur les chaussures des syndicalistes expulseurs.
Burqa: si je te suis, on fait quoi? Une loi de plus? Ah ah !... Comme ça les nanas vont plus sortir du tout, belle réussite... Non, tu as raison, continuons de stigmatiser 5 millions de musulmans à
travers le cas d'une poignée de femmes portant burqa, continuons de confondre port du voile et lapidation, excision, et on se retrouvera, sous peu, avec des milliers de nanas portant le niqab
pourquoi? Par provocation. Par quête d'une identité.
Au fait: on aurait pas manqué quelque chose comme l'intégration, pour que certaines filles de la troisième génération d'immigration tout de même (eh oui...), fassent le choix du
salafisme?
Mais chut!!... Surtout, ne nous interrogeons pas sur ce qu'on a raté, sur nos dérives identitaires, sur le rejet des Français "issus de l'immgration", et contentons-nous d'interdire...

en toute amitié,
Ladrisse


Nathan 06/07/2009 02:54

COmparer Finkelkraut à Proudhon t'y vas fort quand même...^^


Et concernant les nervis Cégétistes: c'est une décision de l'UD 75. C'est pas toutes qui auraient fait ça, J'ose l'espérer du moins...

Quand l'autruche eternue... 11/07/2009 15:02


Rooo, va falooir que tu m'expliques ou c'est que j'ai comparé Finkiel à Proudhon mon bonhomme!!!

UD 75 ou pas, à ta place je me casserai de cégète: des démissions en masse ça aurait de la gueule en plus... (voir l'ewemple de la cfdt dans les 80', et la création de Sud ensuite). Je suis
syndicaliste aussi mais je me sens prisonnier de rien, le jour où mon syndicat se rend coupable d'une telle exaction, fut-ce à l'autre bout de la France, je me casse et point barre.
En restant, tu cautionnes les agissements de tes camarades, camarade!

la bise hein,
ladrisse   


Présentation

  • : Quand L'autruche eternue
  • Quand L'autruche eternue
  • : "Hommes/femmes politiques, journalistes au petit pied, philosophes du dimanche ou stars à la ramasse: tous sèment des perles de bêtise, sans se douter que, dans l'ombre, l'autruche les note, les commente, s'en gausse, et recrache le tout sur ce blog."
  • Contact



Publication aléatoire,
inscris-toi à la newsletter pour être informé des
 nouvelles publications.

Rechercher

Vieux Trous

'autres qui font des trous

  
 

images-copie-43.jpg

LIEN-ZONA-YAROST.jpg

LIEN-FA-CLAAAAAASH.jpgLIEN-COLLECTIF-CONTRE-CULTURE.jpg

LIEN DIONYVERSITElien-maldoror.jpg

LIEN-EDITIONS-DU-ML.jpg

lien-Publico.jpg

lien-radio-libertaire.jpg

LIEN ML